topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Trois experts de l’ONU "persona non grata" au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Diplomatie

PANA, 12 septembre 2018

Trois diplomates sénégalais, camerounais et britannique déclarés « persona non gratta » au Burundi

Bujumbura, Burundi - Les trois experts indépendants des Nations unies, Doudou Diène du Sénégal, Lucy Aouagbor du Cameroun et Françoise Hampsor du Royaume uni sont déclarés « persona non grata sur l’ensemble du territoire national » pour un rapport « diffamatoire et mensonger » sur la situation des droits de l’homme au Burundi, a-t-on appris mercredi, de source diplomatique à Bujumbura.

Nommés en 2016, les trois experts en cause n'avaient jusque-là obtenu aucun visa officiel pour se rendre sur le terrain burundais et se contentaient de contacts à distance avec des victimes supposées des atteintes aux droits humains.

Les membres d’une précédente commission onusienne d’enquête sur le Burundi avaient été également déclarés indésirables, puis menacés de poursuites judiciaires. La Commission était présidée par l’Algérien Fatsah Ouguergouz, secondé par Mme Reine Alapini Gansou du Bénin.

Dans une correspondance, le ministre des Affaires étrangères, Ezéchiel Nibigira, informe les trois experts incriminés que « le Gouvernement burundais a pris connaissance avec déception et regret, du contenu du rapport diffamatoire et mensonger » qu’ils ont publié le 5 septembre dernier au Palais des Nations à Genève (Suisse), le siège central du Haut conseil des Nations unies aux droits de l’homme.

 « Le Burundi ignore les visées et les non dits derrière ledit rapport qui est contraire à la réalité du pays », selon la même source. A cet effet, « je voudrais vous informer que vous êtes déclarés persona non grata sur tout le territoire de la République du Burundi », assène le chef de la diplomatie burundaise.

Le parlement national, réuni mardi en session extraordinaire, a recommandé au Gouvernement de poursuivre en justice les trois experts "pour le préjudice moral" causé par leur rapport qui met directement en cause le chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza, dans « des appels récurrents à la haine et à la violence ».

La commission soutient avoir conduit « plus de 400 entretiens avec des victimes, des témoins et d’autres sources » basés essentiellement en Belgique, en Ouganda, en République démocratique du Congo, au Rwanda et en Tanzanie, « faute de visa pour se rendre au Burundi ».

Ces pays hébergent le gros des centaines de milliers de réfugiés burundais suite à la violente crise électorale de 2015 dont une tentative de putsch militaire manqué.

Dans son rapport, la commission dit avoir conduit des enquêtes et a constaté la persistance, en 2017 et en 2018, des « violations graves » des droits de l’homme dont certaines sont « constitutives de crimes contre l’humanité ».

Il s'agit, en particulier des "exécutions sommaires, des disparitions forcées, des arrestations et des détentions arbitraires, des tortures et d’autres traitements cruels, inhumains ou dégradants, des violences sexuelles, ainsi que des violations des libertés publiques telles que les libertés d’expression, d’association, de réunion et de circulation ».

Au sujet des « responsabilités des groupes armés et des partis politiques d’opposition », la commission fait état de l’existence de groupes armés à la frontière du Burundi qui continuent de constituer une menace pour la population civile du pays.

La décision de déclarer « indésirables » les trois experts a coïncidé, mercredi, avec la fin de la visite d’une semaine plutôt calme de l’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations unies au Burundi, Michel Kafando.

Le communiqué final laisse entendre que l’ancien président de la transition au Burkina Faso a eu des entretiens « cordiaux et fructueux » avec différents interlocuteurs, aussi bien de la majorité présidentielle que de l’opposition, sur le règlement de la crise à laquelle le pays fait face depuis bientôt quatre ans.

L’envoyé spécial a encouragé les leaders politiques à s’engager "de bonne foi", dans la recherche d’un consensus sur toutes les questions qui les opposent et à participer à la cinquième session du dialogue inter-burundais depuis le début de la crise en 2015, selon la même source.

Par ailleurs, il a lancé un appel aux membres de la Communauté internationale pour qu’ils continuent d’assister le gouvernement burundais dans ses efforts de développement.

Le pouvoir burundais est sous le coup de sanctions de la Communauté internationale suite à la crise politique et des droits humains dont l'issue reste toujours incertaine.

L’envoyé spécial a quitté Bujumbura mercredi à destination de Dar es-Salaam, en Tanzanie, pour rencontrer l’ancien président tanzanien, Benjamin William M’Kapa, ayant qualité de Facilitateur dans la crise burundaise, sous l’égide de la Communauté est-africaine, conclut le communiqué.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher