topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Durant les mois de juillet et août 2019, ARIB.INFO se met en mode vacances ! Des articles seront régulièrement postés sur le Site Web mais le traitement des informations sera ralenti. Le rythme habituel reprendra en septembre. [La Rédaction] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
France : La tournée des Tambours du Burundi s’est achevée en apothéose Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Société

Sud Ouest, 11 mai 2010

Le final réussi des Tambours du Burundi

 Les Tambours du Burundi ont chanté et dansé la vie quotidienne.

C'est une décentralisation de Musiques métisses qui a tenu toutes ses promesses. Elle a commencé par une phase de « transmission culturelle » dans les écoles primaires et maternelles ainsi qu'au collège, sans oublier le centre de loisirs et la maison de retraite de La Couronne.

La semaine, menée tambours battant par Les Tambours du Burundi à La Couronne, s'est finalement achevée en apothéose, samedi soir, autour d'un spectacle de clôture, devant plus d'un demi-millier de personnes.

Tout avait commencé par une déambulation des artistes autour du marché, place du Champ-de-foire, le matin, avant le concert du soir, place du 14-Juillet.

Pendant près d'une heure, les Tambours ont résonné devant les immeubles de l'étang des Moines. Frappés par des aristocrates initiés, les tambours livrent des sons sourds. Leur rythme effréné envahit les corps des spectateurs.

Pour Jean-François Dauré, le maire, cette décentralisation offre à la culture du monde un véritable ancrage local, entre les artistes et la population.

Ambiance africaine

Ce groupe du Burundi, de renommée internationale, s'adresse à un public de tous âges. La réussite de cette fête, entièrement gratuite, le maire l'attribue à la coordination et la collaboration des organisateurs (municipalité, CSCS, partenaires) et aussi à l'investissement de Jean-François Gourdon, adjoint à la Culture.

Après ce voyage d'une heure au cœur de l'Afrique, c'est autour d'un repas , sorti du panier, que des centaines de personnes se sont retrouvées, à l'intérieur de la salle des fêtes, le tout dans une chaude ambiance africaine.

Pendant le reste de la soirée, les classes de musiques actuelles du CSCS et le groupe Sultan ont joué.

L'après-midi, la bibliothèque municipale était au cœur de cette fête en proposant : expo, collections, lectures, contes et jeux africains.


Charente Libre, 11.05.2010

Grand-Angoulême : LES TAMBOURS DU BURUNDI FONT SALLE COMBLE

 En ce dimanche pluvieux, il fallait bien la venue des douze tambourinaires du Burundi pour apporter du soleil sur la commune. La collaboration entre la municipalité et le comité des fêtes a éclairé cet après-midi.

Les habitants, qui avaient reçu l'invitation dans leur boîte aux lettres, se sont déplacés en nombre. Dès 14h30, les gens sont arrivés pour écouter l'orchestre philharmonique de Rouillac. Sous la baguette de Pierre Noblet, chef de musique, en alternance avec Nicolas Bayard, les 40 musiciens ont interprété de grands classiques. Dans un des morceaux, «Divertimento» de Massimo Berticcini, les mélomanes ont apprécié la prestation du jeune Enzo Ferrarato en solo à la clarinette.

Au fil du temps, les 250 chaises du centre culturel ont trouvé preneur. Ceux qui sont arrivés à l'heure pour voir les Tambours du Burundi ont dû rester debout. Et c'est devant une salle pleine, sans doute plus de 400 personnes, toutes générations confondues, que les artistes sont montés sur scène. Pour l'occasion, la surface de cette dernière avait été doublée pour permettre au groupe de s'exprimer pleinement.

Pendant plus d'une heure, les tambours ont résonné en dégageant une rare énergie. Les prouesses physiques des musiciens-danseurs ont été régulièrement ovationnées. Et c'est sous un tonnerre d'applaudissements que les hommes ont remis leur tambour sur la tête pour traverser la salle et gagner la sortie.

Chacun a vite compris que le concert allait se prolonger à l'extérieur. Le ciel ayant daigné se dégager un temps soit peu, le public s'est retrouvé devant le centre pour continuer à partager ce moment de bonheur. Presqu'une heure trente de rythmes et de mouvements, parfaitement coordonnés, a sorti les gens de la grisaille et redonné du tonus à chacun.

Gabriel Ntagabo, seul membre d'encadrement du groupe, était tout aussi entouré à la fin du concert que Marcel Vignaud, adjoint à la culture de la commune. Le premier était félicité pour la performance réalisée par son groupe. Le second était chaudement remercié pour avoir mis sur pied, dans le cadre de Musiques Métisses, cet après-midi qui restera un temps très fort dans les esprits.

Alain CAMY

Le concert s'est poursuivi dehors, pour le plus grand plaisir du public.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher