topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Durant les mois de juillet et août 2019, ARIB.INFO se met en mode vacances ! Des articles seront régulièrement postés sur le Site Web mais le traitement des informations sera ralenti. Le rythme habituel reprendra en septembre. [La Rédaction] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Suspension des ONG au Burundi : le flou persiste Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Cooperation

Deutsche Welle, 01.10.2018

Le gouvernement a décidé de suspendre pour trois mois, certaines ONG travaillant au Burundi. Une réunion de conciliation prévue entre le ministre de l’intérieur et les ONG concernées a été repoussée à une date inconnue.

A ce jour, personne ne sait vraiment si toutes les ONG opérant au Burundi sont concernées. Mais selon le secrétaire exécutif du CNS, le Conseil national de sécurité, le général Ntigurirwa, le "redémarrage" des activités des ONG étrangères suspendues serait conditionné à leur respect de la nouvelle loi qui régit les ONG au Burundi.

Cette loi, adoptée en janvier 2017, prévoit notamment un contrôle de leurs finances, des frais administratifs et surtout le respect des quotas ethniques dans le recrutement.

En effet, le gouvernement burundais demande qu’il y ait désormais 60% de Hutu et 40% de Tutsi dans le personnel des ONG étrangères, comme cela se fait déjà dans l'administration publique.

"C'est une décision un peu démagogique, parce qu’il faudrait déjà que ce régime commence à respecter les équilibres au sein des forces de sécurité. Le régime préfère être dans un huis clos total pour faire tout ce qu'il veut. Parce que vous savez, les violations des droits de l'homme, les disparitions continuent jusqu'à nos jours", explique à la DW, l’écrivain, David Gakunzi.

Représailles ?

Depuis la suspension en 2016 de son aide directe au Burundi, l’Union européenne passe par les ONG accréditées dans le pays pour atteindre les populations. Beaucoup d’observateurs voient dans l’attitude du gouvernement, un certain agacement face à cette politique de l’UE. Filip Reyntjens, constitutionnaliste et politologue belge.

"Ça devrait être dans l'intérêt du gouvernement du Burundi d'avoir accès à des financements, même s'ils passent par la coopération indirecte. C'est-à-dire par les ONG. Dans la perception de ceux qui sont au pouvoir, il y a une surreprésentation des Tutsis dans tous les domaines non gouvernementaux, dans le secteur judiciaire. Donc, on essaye d'aller aux pourcentages connus dans d'autres domaines prévus par l'accord Arusha, c'est-à-dire 60-40."

Jointes par la DW, les autorités burundaises ont promis de réagir une fois qu'elles auront présenté à leur opinion publique les mesures d’accompagnement de cette décision très controversée.

En attendant les explications supplémentaires des autorités burundaises, beaucoup de diplomates occidentaux craignent que cette annonce ne pousse les ONG internationales à mettre un terme à leurs activités. Des analystes s’insurgent contre l’instrumentalisation de la fibre ethnique par le régime du président Pierre Nkurunziza.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher