topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le Burundi veut enquêter sur la colonisation européenne et ses conséquences Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

France Info, 04/11/2018

Le 29 octobre 2018, le parlement burundais approuvait un projet de loi qui fait remonter la période d'enquête de la Commission vérité et réconciliation (CVR) jusqu'à la Conférence de Berlin en 1885. Avec pour objectif de déterminer le rôle de la colonisation sur la situation dans le pays. Initialement, il s’agissait de remonter seulement jusqu’en 1962.

En 2014, la CVR avait été créée pour établir la vérité sur les massacres interethniques qui ont frappé le Burundi depuis son indépendance en 1962 jusqu'au 4 décembre 2008, date supposée de la fin de l’état de guerre dans le pays.

Le projet de loi adopté par le Parlement autorise désormais la Commission à remonter jusqu’au 26 février 1885, date de la fin de la Conférence de Berlin qui marque le partage de l’Afrique par les Européens. Une répartition sous couvert de «nobles objectifs comme le désenclavement du continent africain ou l'éradication de l'esclavage et de la traite musulmane», rapporte le site herodote.net. La conférence reconnaît aussi «à Léopold II, roi des Belges, la possession à titre privé d'un vaste territoire au cœur de l'Afrique noire, qui sera baptisé "Etat indépendant du Congo"».

Pour Aimée-Laurentine Kanyana, la ministre de la Justice qui a présenté ce projet devant le Sénat, «le constat est que l'origine des violences cycliques à caractère politique qui ont endeuillé le Burundi, remonte au temps de la colonisation».Par Laurent Ribadeau Dumas

Sous la coupe allemande, puis belge

L'objectif parlementaire est d'«établir les responsabilités de l'Allemagne (qui a colonisé le Burundi à la fin du 19e siècle), et surtout de la Belgique (qui a obtenu de la part de la Société des Nations un mandat de tutelle sur le Burundi en 1921, après la fin de la Première Guerre mondiale) dans la création et l'exacerbation des problèmes ethniques et des violences» depuis lors, a expliqué à l'AFP un cadre du Sénat, sous couvert d'anonymat.

La colonisation allemande, qui n’a duré qu’une trentaine d’années, a été marquée par de fréquents combats. Après la Première guerre mondiale, les Belges (arrivés dès 1916 pour se battre contre l’Allemagne) ont obtenu un mandat sur le territoire du Ruanda-Urundi, qui réunit Rwanda et Burundi. Territoire qui sera rattaché au Congo belge, colonie «propriété privée» du roi Léopold II. Lequel «s'appropria le Congo pour le saigner à blanc», rapporte Jeune Afrique.

Au Burundi, la colonisation belge, «très dure au début, fait jouer un rôle essentiel aux missions catholiques, qui se sont implantées dans l'ensemble du pays», rapporte le site du Larousse. «L'organisation traditionnelle, maintenue, est affaiblie et surtout dénaturée. Les Belges favorisent l'aristocratie tutsie, dont on réinvente l'histoire en lui attribuant une origine nilotique (vallée du Nil, NDLR) plus que discutable», poursuit le site.

Ethnicisation

Le Burundi obtient son indépendance le 1er juillet 1962. Le pays n'était «guère prêt, en raison du faible nombre des élites universitaires et de la situation originale de Bujumbura (la capitale), une ville plus cosmopolite que burundaise», selon le site de l’encyclopédie Universalis.

«De 1962 à 1965, la politique va peu à peu s’ethniciser», poursuit cette source. Ce qui élargit le fossé entre les communautés hutue et tutsie. A partir de 1972, le Burundi connaît une série de massacres interethniques et de coups d'Etat, prémices à une longue guerre civile (1993-2006) qui a fait plus de 300.000 morts.

Les relations avec la Belgique, en particulier, sont délétères depuis le début de la crise provoquée par l'annonce, en avril 2015 par le président Pierre Nkurunziza, de sa candidature à un troisième mandat controversé et sa réélection en juillet de la même année.

Les nouvelles violences qui ont accompagné cette crise ont fait au moins 1200 morts et déplacé plus de 400.000 personnes entre avril 2015 et mai 2017, d'après les estimations de la Cour pénale internationale (CPI), qui a ouvert une enquête.

Le projet de loi étend également de quatre ans le mandat de la CVR, qui devait prendre fin en décembre 2018. Celle-ci a pour tâche d'établir les responsabilités personnelles et collectives dans les massacres, identifier et cartographier les fosses communes, proposer un programme de réparations et promouvoir le pardon et la réconciliation.

Mais, accusée par l'opposition et la société civile d'être sous le contrôle du CNDD-FDD, le parti au pouvoir, elle peine à remplir sa mission en raison de son manque de moyens.

Par Laurent Ribadeau Dumas

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher