topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Des efforts colossaux attendent l’Afrique de l’Est pour sauver le café Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

RFI, 7 novembre 2018

Les souffrances du café d'Afrique de l'Est

Selon l’ONU, les producteurs de café d’Afrique de l’Est seraient à la croisée des chemins. La production baisse depuis plusieurs décennies et les petits entrepreneurs ont de plus en plus de mal à vivre de leurs récoltes. Pour autant, le potentiel reste important. Certains pays tentent de relancer leurs filières, avec un succès mitigé.

La consommation mondiale de café n’a cessé d’augmenter. 65% de hausse entre 1990 et aujourd’hui. Le secteur pèse désormais presque 200 milliards de dollars. Pourtant l’Afrique de l’Est n’a pas profité de la croissance. La région ne représente plus que 9% des exportations mondiales, au lieu de 25%, il y a trois décennies.

Les causes sont multiples : manque de résistance aux aléas climatiques, producteurs peu équipés et mal formés, techniques et management obsolètes ou encore offre en décalage avec la demande…

Plusieurs pays tentent de sauver leurs filières. L’Éthiopie, plus gros producteur du continent a créé l’Ethiopian Commodities Exchange qui interdit aux exportateurs de vendre directement aux acheteurs du monde entier. Ils doivent vendre à travers l’ECX. Malheureusement cet outil défavorise les petits producteurs qui ne peuvent plus céder leurs récoltes directement au consommateur.

D’après l’ONU, l’Ethiopie doit plus exploiter son potentiel. Le pays a une bonne image internationale, une production variée et quasi exclusivement organique. Il est quasiment le seul en Afrique dont les habitants sont eux-mêmes des consommateurs.

Le Kenya a subi lui aussi un déclin. Beaucoup de professionnels sont passés à l’avocat ou la noix de macadamia. En août, un début de transparence est arrivé avec la création d’un Nairobi Coffee Exchange qui permet désormais aux exploitants de suivre en direct les performances de leurs productions à l’étranger.

Une Taskforce nationale tente de relancer de la filière. Elle a découvert que la chaîne était dominée par un cartel de multinationales à cause de licences accordées à des sociétés jumelles, sur l’ensemble du secteur. Un projet de loi est sur la table pour contrer la tendance.

Autre exemple, le Burundi où le secteur emploie plus d’1 million de personnes. La libéralisation de la filière n’a pas donné de résultats significatifs à cause de problèmes de fonds : plantations âgées, infrastructures faibles et instabilité politique. L’ONU conseille de moderniser tout le secteur. Bref des efforts colossaux attendent les pays d’Afrique de l’Est s’ils veulent sauver leur café.

Par Sébastien Nemeth

CHRONIQUE DES MATIÈRES PREMIÈRES

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher