topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Rwanda : nouvelle charge de l'opposante Rwigara contre le régime avant son procès Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Afrique

@rib News, 07/11/2018 – Source AFP

L'opposante rwandaise Diane Rwigara, dont le procès pour incitation à l'insurrection s'ouvre mercredi à Kigali, estime dans un entretien à l'AFP que son pays s'apparente à "une prison" dont le gardien est le parti au pouvoir du président Paul Kagame.

Mme Rwigara, 37 ans, a été libérée sous caution début octobre après avoir passé plus d'un an en détention provisoire. Elle est accusée de falsification de documents pour son dossier de candidature à la présidentielle d'août 2017, à laquelle elle n'a pu participer, et d'incitation à l'insurrection, des charges passibles de 7 et 15 ans de prison respectivement.

"Je sors tout juste de prison, mais mon pays me donne l'impression d'être comme une prison. Et le gardien de cette prison n'est autre que le parti au pouvoir, le FPR (Front patriotique rwandais) qui nous dicte comment vivre, ce qu'il faut faire et ce qu'il faut dire", a déclaré l'opposante dans cet entretien accordé à l'AFP à son domicile de Kigali.

"Je n'ai pas été surprise par mon arrestation. Si vous osez critiquer le gouvernement, voilà ce qui arrive: vous vous faites arrêter, emprisonner ou vous perdez la vie. Je m'attendais à une forme de riposte."

"Le plus difficile pour moi, ça a été de voir ma mère et ma soeur dans cette situation", a-t-elle poursuivi.

Les trois femmes avaient été arrêtée en septembre 2017. La mère, Adeline Rwigara, également libérée sous caution début octobre, doit comparaître mercredi au côté de Diane, notamment pour incitation à l'insurrection. Les poursuites contre sa soeur Anne ont été abandonnées en octobre 2017.

"Ma famille n'avait rien à voir avec mon engagement politique, donc ça a été un choc (...) Les gens deviennent coupables par association, dans le sens où ma famille devait être punie pour mes actions. C'est la méthode que le gouvernement utilise contre ses détracteurs", accuse Diane Rwigara.

Le rejet de la candidature de Mme Rwigara par la Commission électorale avait été critiquée par des gouvernements occidentaux et des groupes de défense des droits de l'Homme.

- Retour à la case prison ? -

M. Kagame, crédité de l'important développement d'un pays exsangue au sortir du génocide de 1994, est régulièrement accusé de bafouer la liberté d'expression et de museler toute opposition.

Il a été réélu le 4 août 2017 pour un nouveau mandat de sept ans avec près de 99% des voix. Une réforme de la Constitution adoptée par référendum fin 2015 lui permet de potentiellement diriger le pays jusqu'en 2034.

Si elle a voulu se présenter contre M. Kagame en 2017, Diane Rwigara n'a pas toujours été dans l'opposition.

Le père de Diane, Assinapol Rwigara, un important entrepreneur rwandais ayant fait fortune dans l'industrie et l'immobilier, avait financé dans les années 1990 le FPR de M. Kagame.

En juillet 1994, le FPR allait renverser le pouvoir extrémiste hutu, mettant fin au génocide qui a fait 800.000 morts selon l'ONU, essentiellement parmi la minorité tutsi.

Diane Rwigara a pris ses distances avec le FPR après le décès de son père en février 2015, mort dans un accident de la route, selon la police. Elle avait contesté cette version et dénoncé un "assassinat".

En dépit des possibles conséquences, Diane Rwigara se dit déterminée à poursuivre son combat politique.

"Ce qui manque dans ce pays, c'est une forme de responsabilité politique. Le parti au pouvoir fait ce qu'il fait car il n'y a aucune conséquence à ces actions (...) Je ne suis pas dans ce combat pour la gloire (mais) les seuls qui peuvent apporter du changement dans ce pays, c'est nous, les Rwandais. Personne ne va le faire à notre place."

Peu avant la remise en liberté de Diane et Adeline Rwigara, le régime avait accordé courant septembre une libération anticipée à Victoire Ingabire, une des principales figures de l'opposition rwandaise qui purgeait une peine de 15 ans de prison pour "conspiration contre les autorités" et "minimisation du génocide de 1994".

Mme Ingabire avait été arrêtée en 2010 peu de temps après son retour d'exil au Rwanda alors qu'elle voulait se présenter à l'élection présidentielle la même année.

Interrogée sur son procès, Diane Rwigara clame son "innocence": "les charges sont fabriquées parce que je me suis opposée au parti dirigeant", assure-t-elle.

"J'espère ne pas retourner en prison mais s'il faut que j'y retourne, j'y retournerai."

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher