topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
La Burundaise Lydia Nsekera veut diriger le mouvement olympique africain Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sports

RFI, 19-11-2018

Lydia Nsekera : «J’ambitionne de transformer et de moderniser l’ACNOA»

 Lydia Nsekera, 51 ans, est l’une des quatre candidats à l’élection du/de la président(e) de l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA) qui aura lieu fin novembre 2018 à Tokyo. L’expérimentée et influente burundaise, qui siège à la Fédération internationale de football et au Comité international olympique, juge que le « mouvement olympique africain traverse une période très difficile » et ambitionne de « transformer et de moderniser l’ACNOA » si elle est élue.

RFI : Lydia Nsekera, quand et pourquoi avez-vous décidé de vous présenter à l’élection du/de la président(e) de l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA) qui aura lieu fin novembre 2018 à Tokyo ?

Lydia Nsekera : Comme tout dirigeant responsable, j’ai toujours suivi avec intérêt la situation de l’ACNOA. Mais c’est surtout depuis la crise qui a éclaté après les élections de Djibouti [la réélection de l’Ivoirien Lassana Pelenfo, en mai 2018, sans adversaire après la mise à l’écart du Camerounais Hamad Kalkaba Malboum, Ndlr] que j’ai ouvertement participé aux discussions formelles et informelles en relation avec cette crise et au-delà.

A Prague, en novembre 2017, en écoutant les uns et les autres, j’ai pu réaliser de plus près les divisions qui existaient au sein de nos membres et les nombreux problèmes qui guettaient notre organisation. C’est aussi à Prague que j’ai été choisie parmi les trois personnalités invitées à siéger dans le comité de réforme de l’ACNOA.

Durant les mois qui ont suivi, j’ai continué à discuter avec certains de mes collègues présidents de comités nationaux olympiques (CNO) africains pour qu’ensemble, on trouve des solutions adéquates afin de sauver notre organisation et surtout son image qui se ternissait de jour en jour !

Plus les jours avançaient, plus je réalisais la profondeur des problèmes et j’ai vite compris qu’il fallait un homme courageux ou une femme courageuse capable de transformer notre chère organisation. Et au vu des divisions existantes, j’ai vite compris que l’ACNOA avait besoin de sang nouveau. Je me suis donc sentie interpellée de par mon expérience tant nationale qu’internationale. Nombre de mes collègues m’ont aussi approchée pour me demander de me présenter et j’ai dit « oui » !

Comment jugez-vous l’état du mouvement olympique africain ?

On ne peut pas se le cacher, le mouvement olympique africain traverse une période très difficile. Il y a trop de divisions au sein de nos membres. Nous faisons face à un problème sérieux de gouvernance.

Quelle est votre ambition pour le mouvement olympique africain ?

J’ambitionne de transformer et de moderniser l’ACNOA. Mon rêve le plus profond est celui de construire une Afrique unie ; que les sœurs et frères sportifs se mettent ensemble pour élever le sport africain au rang des grandes organisations sportives ! J’ambitionne d’instaurer un système de gouvernance basé sur la transparence ; un système qui permet à toutes les femmes et les hommes de chaque côté du continent de contribuer au fonctionnement et à la réussite de notre organisation. Je veux que nos athlètes soient traités comme des héros et qu’ils nous ramènent beaucoup de médailles. J’ai plusieurs ambitions mais je sais qu’il faut aller pas à pas…

Quels sont les principaux axes de votre programme ?

Comme je l’ai mentionnée dans mon manifeste électoral, mon ambitieux programme, qui s’étend sur deux ans, compte s’attaquer immédiatement aux sujets brûlants. Il s’agira entre autre de : mettre en place des réformes visant à instaurer la bonne gouvernance et la transparence ; engager des discussions avec les dirigeants des sept zones de l’ACNOA dans le but de décentraliser le pouvoir ; instaurer une politique focalisée sur nos athlètes ; assurer une participation réussie et visible aux Jeux olympiques 2020 de Tokyo ; mettre en œuvre de profondes réformes en vue de donner de la grandeur et de la visibilité aux Jeux Africains et autres événements sportifs sur le continent. Donc les Jeux de Plage, qui se tiennent au Cap-Vert l’année prochaine, et les Jeux Africains 2019 au Maroc, constituent bien évidemment une grande priorité.

Nous allons aussi travailler avec le Sénégal pays-hôte des Jeux olympique de la Jeunesse en 2022 pour délivrer un excellent événement.

Nous voulons aussi renforcer le partenariat avec le Comité international olympique (CIO), les confédérations sportives africaines, les TOP sponsors, les médias, l’Union Africaine, les Nations Unies et autres organisations gouvernementales et non gouvernementales.

Quelles sont vos ambitions pour les athlètes du continent aux Jeux olympiques 2020, si vous êtes élue ?

Si je suis élue, j’entends immédiatement mettre en place un comité ad hoc qui va étudier le moyen le plus sûr pour marquer la présence de notre continent à Tokyo ! Nous voulons aider les athlètes à se qualifier et à pouvoir participer à ces Jeux sans encombre !

Quels sont vos principaux atouts en tant que candidate ? Votre expérience au sein d’organisation sportive comme la Fédération internationale de football (FIFA) et le CIO ?

Mon accession à la FIFA et au CIO est le résultat d’un travail assidu au sein du mouvement sportif dans mon pays, le Burundi ! Je compare la situation de l’ACNOA à la situation de la Fédération de football du Burundi (FFB) quand j’ai pris sa présidence en 2004. Une Fédération qui avait des défis aussi importants et similaires que ceux de l’ACNOA et que j’ai su redresser rapidement ! C’était une expérience très enrichissante qui m’a ouvert les yeux sur la gestion des organisations sportives.

Mon expérience au niveau du CNO du Burundi en tant que membre du bureau depuis 2006 puis présidente depuis 2017 m’a permis de comprendre les défis liés au fonctionnement des CNO ; surtout des CNO ayant peu de moyen comme la plupart des CNO africains ! Je peux aussi citer mon expérience à la Confédération africaine de football en tant qu’organisation africaine !

Etre la seule candidate, face à trois hommes, est-il un avantage ?

Moi j’aime la compétition et je pense que plusieurs candidatures permettent aux électeurs de comparer des programmes et d’élire la personne qui les rassure le plus… C’est ça la démocratie !

Propos recueillis par écrit, le 9 novembre 2018,

Par David Kalfa


 

LYDIA NSEKERA, UNE FEMME DE RÉSEAUX ET D’INFLUENCE

Lydia Nsekera est la seule candidate à la présidence de l’ACNOA. Mais cela ne semble pas constituer un handicap pour cette personnalité expérimentée et influente. Titulaire d’une Licence en sciences économiques et administratives depuis 1992, la native de Bujumbura a d’abord travaillé dans le monde de l’entreprise, avant de s’intégrer dans celui du sport. D’abord en tant que dirigeante d’un club de football de son pays, puis en tenant les rênes de la fédération nationale (FFB) de 2004 à 2013. La FFB lui a servi de tremplin vers les comités exécutifs de la Confédération africaine de football (CAF) et la Fédération internationale de football (FIFA), une première pour une femme. Le foot lui a aussi permis de mettre un pied au Comité national olympique du Burundi (CNOB) en 2001, avant d’en prendre la tête en 2009. C’est ce même CNOB qui lui a ouvert les portes du CIO et de l’ACNOA. Avec ses états de service et son image pionnière, la Burundaise a même été présentée en 2015 comme un possible recours pour diriger une FIFA alors minée par des scandales de corruption.

 

 
Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher