topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Pour le fil complet des informations : Cliquez sur « Toute l’actualité » [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Les "Journées du Burundi" à Bruxelles avancent des propositions pour relever le pays Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Diaspora

@rib News, 29/10/2018 – Source Belga

Réunie durant deux jours à Bruxelles à l'invitation du monde politique belge francophone, la société civile burundaise a avancé ce jeudi, en clôture des "Journées du Burundi", une série de recommandations pour tenter de sortir leur pays de la crise, et aider les nombreux déplacés réfugiés dans les pays voisins.

A l'issue de quatre ateliers thématiques, les participants ont avancé une série de pistes pour tenter de réconcilier les populations par un devoir de mémoire collectif, mais aussi identifier les conditions pour une renaissance socio-économique du pays, l'un des pays les plus pauvres au monde malgré des richesses naturelles importantes.

La stabilité politique reste bien sûr un préalable à tout redécollage du pays, mais celui-ci ne sera possible que par la concrétisation d'un dialogue politique inclusif, soutenu par la communauté internationale, selon les conclusions de la rencontre présentées dans l'hémicycle du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Les participants y ont aussi souligné la nécessité, pour stimuler l'envie d'entreprendre, d'assurer une véritable sécurité juridique des affaires et de lutter efficacement contre la corruption dans le pays.

Réalimenter d'urgence les fonds d'assistance aux jeunes

Ces "Journées du Burundi" se sont aussi intéressées à la situation des nombreux réfugiés présents dans des camps installés dans différents pays voisins, et en particulier la situation précaire des femmes, des filles et mais aussi des jeunes, clé d'un avenir pacifié pour le pays.

A cet égard, les participants ont réclamé une plus grande responsabilisation du Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) des Nations unies et des pays hôtes pour la sécurisation de ces camps, en proie souvent à des faits de viol, ainsi que la création de cellules psychologiques pour venir en aide aux victimes.

Pour assurer de meilleures conditions de vie pour les jeunes, il conviendrait par ailleurs de réalimenter d'urgence les fonds d'assistance qui leur sont normalement dévolus, d'améliorer pour eux aussi les conditions de sécurité de ces camps, et leur offrir la possibilité d'y suivre une scolarité ou de se former professionnellement.

Plus de 400.000 déplacés en deux ans

Petit pays d'Afrique centrale, le Burundi est coutumier des violences depuis son indépendance, le 1er juillet 1962. Depuis avril 2015, il traverse une nouvelle crise après que le président Pierre Nkurunziza a annoncé sa candidature à un troisième mandat controversé. Il avait été réélu en juillet de la même année.

Les violences qui ont accompagné cette crise auraient fait au moins 1200 morts et déplacé plus de 400.000 personnes entre avril 2015 et mai 2017, d'après les estimations de la Cour pénale internationale (CPI), qui a ouvert une enquête.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher