topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Pour le fil complet des informations : Cliquez sur « Toute l’actualité » [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Somalie : le Burundi doit rapatrier 1.000 soldats d'ici le 28 février Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sécurité

@rib News, 21/12/2018 – Source AFP

L’Union africaine (UA) a demandé au Burundi, deuxième contributeur de troupes de la force de l’UA en Somalie (Amisom), de rapatrier 1.000 soldats déployés dans ce pays d’ici le 28 février, dans le cadre d’un programme de désengagement progressif de l’Amisom.

Cette demande est contenue dans une note verbale – parvenue à l’AFP et authentifiée par un haut cadre de l’organisation continentale – qui résume les conclusions de la dernière réunion du Comité de coordination des opérations militaires de l’Amisom le 30 novembre à Addis Abeba.

“Il a été décidé que la Force de défense nationale du Burundi (FDNB, armée burundaise) doit réduire de 1.000 soldats au 28 février 2018” sa contribution à l’Amisom, en conformité avec la “résolution 2431” du Conseil de sécurité de l’ONU, selon le texte, qui sollicite l’aide des Nations unies pour cette opération de rapatriement.

Actuellement, quelque 5.400 militaires burundais sont déployés en Somalie, soit le deuxième plus gros contingent des 21.500 soldats de l’Amisom, derrière l’Ouganda (6.200 hommes).

Le 30 juillet, le Conseil de sécurité avait retardé de quatre mois son plan visant à réduire de 1.000 soldats les effectifs de l’Amisom, pour porter la mission à environ 20.000 personnels, dans le cadre d’un désengagement progressif des troupes africaines appelées à être remplacées par une armée somalienne encore embryonnaire.

“Au départ, chaque pays contributeur de troupes devait rapatrier une partie de ces 1.000 hommes au prorata du nombre de soldats déployés en Somalie. Mais comme le contingent burundais a un problème aigu de matériel (militaire), on a décidé de ne rapatrier que des soldats burundais”, a expliqué à l’AFP le haut responsable de l’UA.

Déployée en 2007 pour lutter contre les insurgés islamistes radicaux somaliens, les shebab, l’Amisom est composée de troupes venant d’Ouganda, du Burundi, d’Ethiopie, du Kenya et de Djibouti.

Les relations entre l’UA et le Burundi se sont récemment dégradées: le bloc continental a appelé Bujumbura à la modération et à discuter avec son opposition en exil. En retour, Bujumbura a organisé des manifestations pour dénoncer l’UA et le président de sa Commission, Moussa Faki, accusés de soutenir l’opposition.

“Nous savons que c’est une décision qui a été inspirée par l’UE pour nuire au Burundi et malheureusement l’UA a été obligée d’accepter car elle est l’otage des Européens qui la financent en grande partie”, a réagi à l’AFP un haut cadre burundais sous couvert d’anonymat.

La diminution du contingent burundais devrait entraîner un manque à gagner pour les finances publiques burundaises. D’après le responsable de l’UA, l’organisation envoie tous les trois mois environ 18 millions de dollars (15,7 millions d’euros) à la banque centrale du Burundi pour payer les soldes et la location du matériel militaire burundais.

Une somme qui est devenue l’une des principales sources de devises du pays, sous sanctions de l’UE et de ses pays membres depuis 2016.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher