topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Pour le fil complet des informations : Cliquez sur « Toute l’actualité » [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le Burundi va déplacer sa capitale de Bujumbura à Gitega Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

@rib News, 22/12/2018 – Source AFP

La ville de Gitega, dans le centre du Burundi, va remplacer Bujumbura comme capitale politique de ce pays de la région des Grands Lacs, cette dernière restant toutefois la capitale économique, a annoncé le porte-parole du gouvernement burundais.

Le gouvernement burundais “vient d’adopter un projet de loi historique fixant la capitale politique à Gitega et la capitale économique à Bujumbura”, a indiqué vendredi dans un tweet Jean-Claude Karerwa Ndenzako, porte-parole du président Pierre Nkurunziza.

“Les séances du Conseil des ministres se tiendront désormais à Gitega où cinq ministères seront aussi établis dès le début de l’an 2019”, a-t-il ajouté, précisant qu’il s’agit notamment des ministères de l’Intérieur, de l’Education et de l’Agriculture.

La décision doit encore être approuvée par le Parlement, très largement dominé par le parti au pouvoir.

Le changement de capitale politique fait suite à une promesse datant de 2007 du président burundais Pierre Nkurunziza, qui justifiait ce choix par la position centrale de Gitega, contrairement à Bujumbura, située dans l’ouest du pays sur les rives du lac Tanganyika.

Gitega, petit bourg de seulement 30.000 habitants (Bujumbura compte 1,2 million d’habitants), était à l‘époque coloniale la capitale de la monarchie burundaise. Et l’opposition accuse le président Nkurunziza de tenter de restaurer symboliquement la royauté.

Un activiste burundais requérant l’anonymat estime par ailleurs que Gitega n’est pas prête à devenir la capitale politique en lieu et place de Bujumbura, considérée comme un bastion de l’opposition et dans laquelle M. Nkurunziza passe de moins en moins de temps.

“Il n’y a pratiquement pas de bureaux à louer, il y a très peu d’hôtels et de restaurants”, dit-il. “C’est une décision irréaliste, totalement loufoque car en plus le pays traverse une grave crise économique et n’a pas les moyens de déménager et d’installer les 5 ministères à Gitega”.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux détracteurs du pouvoir se moquent d’une décision prise selon eux en dépit du bon sens, se demandant pourquoi le président a agi ainsi alors que la Chine vient de lui construire à Bujumbura un palais présidentiel valant plus de 20 millions de dollars.

Le Burundi est en crise depuis que le président Nkurunziza a annoncé en avril 2015 sa candidature à un troisième mandat controversé. Il avait été réélu en juillet de la même année.

Les violences qui ont accompagné la crise ont fait au moins 1.200 morts et déplacé plus de 400.000 personnes entre avril 2015 et mai 2017, d’après les estimations de la Cour pénale internationale, qui a ouvert une enquête.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher