topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
La population burundaise redoute le départ des ONG étrangères Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Cooperation

Deutsche Welle, 28.08.2018

Certaines ONG étrangères vont cesser leurs activités à la fin de l’année. Les populations bénéficiant de leur assistance redoutent des conséquences graves, notamment du point de vue sanitaire.

A quelques jours de l’expiration du délai (le 31 décembre) de trois mois accordé aux ONG étrangères pour se faire réenregistrer au ministère de l’Intérieur, certaines vont cesser leurs activités à la fin de l’année. Celles-ci estiment que les exigences des autorités de Bujumbura sont contraires aux valeurs qu'elles incarnent. 

Parmi les ONG visées par les nouvelles mesures figure Médecins sans frontières (MSF) qui apporte son soutien au secteur de la santé à travers l'Arche de Kigobe, sa principale clinique établie depuis 2015 à Bujumbura. 

C'est là que MSF propose des soins gratuits aux victimes d’accidents de la route. Ses services se sont intensifiés depuis 2015. 

Lazare Ntuzwenayo et Georges Habonimana sont des conducteurs de mototaxis. Tous deux ont bénéficié des soins offerts par MSF après leur accident. 

"C’est difficile de se faire soigner quand on a eu un accident de la route. Médecins sans frontières nous aide beaucoup. Ils nous prennent en charge rapidement et on n'exige rien. C’est vraiment étonnant, on ne paie rien même", raconte le premier.  

"Nous demandons que Médecins sans frontières reste ici parce que cette organisation nous aide beaucoup. Si elle déménageait vers un autre lieu mais au moins toujours au Burundi, ce serait bien. Qu’ils négocient et trouvent un accord afin qu’elle reste opérationnelle", souhaite Georges Habonimana.  

L'impact économique de l'arrêt des ONG 

L'arrêt des activités de l'ONG Médecins sans frontières aura également un impact sur le petit commerce qui s’est développé depuis trois ans autour de la clinique de l'Arche de Kigobe. Abedi Abeza est un agent de transfert d’argent pour la compagnie de télécommunication EconetLeo : "Nous gagnons un peu d'argent avec notre travail. S’ils déménagent, nous perdrons nos revenus, c’est ça le problème. A l’intention des décideurs, nous demandons de chercher d’autres mesures que celle de déménager."

En activité depuis 1999, Avocats sans frontières fait aussi partie des organisations non gouvernementales qui prévoient d'arrêter ses activités au Burundi. 

Pour Thacien Sibomana, ancien procureur de la République, le départ de l'ONG aura un impact négatif énorme. 

"Avocat sans frontières était au service des justiciables qui n’avaient pas les moyens de poursuivre leurs affaires devant les tribunaux. Cette ONG fournissait une assistance judiciaire à cette catégorie de la population. Cette organisation assistait même les magistrats afin de professionnaliser davantage le système judicaire burundais. Son départ aura des conséquences bien sûr. Ce vide malheureusement ne pourra pas être comblé par les services publics", explique M. Sibomana. 

Le départ des ONG étrangères du Burundi aura par ailleurs pour conséquence l'augmentation du taux de chômage et la baisse du revenu des ménages déjà mis à mal par la crise économique que traverse le Burundi depuis 2015.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher