topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Pour le fil complet des informations : Cliquez sur « Toute l’actualité » [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le chef du HCR appelle à davantage de soutien international pour la Tanzanie Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Société

ONU Info, 8 février 2019

Le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a conclu vendredi une visite de quatre jours en Tanzanie par un appel à davantage d'investissements dans les régions du nord-ouest où sont hébergés quelque 330 000 réfugiés, notamment pour des priorités telles que la protection de l'environnement et le développement économique.

Citant la Tanzanie comme « l’un des plus importants pays d'asile de réfugiés en Afrique », M. Grandi a exprimé sa satisfaction devant les assurances du gouvernement selon lesquelles le pays continuerait à être accueillant envers les réfugiés.

Lors de sa rencontre avec le président John Joseph Magufuli, M. Grandi a félicité la Tanzanie pour sa longue tradition d'accueil des réfugiés fuyant les conflits et les persécutions dans les pays voisins, notamment la naturalisation de 162.000 réfugiés burundais en 1972. Citant l'hospitalité montrée par la Tanzanie pendant des décennies, il a déclaré que le pays et le peuple méritaient une plus grande reconnaissance internationale.

Filippo Grandi s'est engagé à mobiliser davantage de soutien pour les efforts humanitaires et pour le développement de la communauté d'accueil, l'amélioration de la sécurité des camps et les projets environnementaux, tels que les sources d'énergie offrant une alternative au bois de chauffage. Le Haut-Commissaire et le président tanzanien ont discuté de l’idée de créer un cadre régional pour améliorer les conditions de vie et trouver des solutions aux réfugiés burundais et congolais.

Des réfugiés confiants de pouvoir rentrer chez eux en toute sécurité

Lors de ses entretiens avec des représentants du gouvernement, M. Grandi a souligné que le retour durable des réfugiés se produit lorsque les réfugiés se sentent confiants de pouvoir rentrer chez eux en toute sécurité et de recevoir le soutien nécessaire pour le faire.

Au cours des deux dernières années, 57.865 réfugiés du Burundi ont été assistés pour rentrer volontairement depuis la Tanzanie. Cependant, certains réfugiés ont déclaré que les pressions perçues par les représentants du gouvernement, associées aux restrictions imposées à la liberté de circulation et à l'accès aux moyens de subsistance, avaient influencé leur décision de rentrer.

Au cours de ses entretiens, M. Grandi a indiqué que le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) était prêt à collaborer avec le gouvernement pour aider tous ceux qui souhaitent rentrer chez eux, mais que, d'après son expérience, certaines restrictions peuvent être contre-productives et que c'est lorsque les réfugiés sont convaincus que les conditions sont réunies dans leur pays d’origine, ils choisissent de rentrer volontairement.

« Les conditions sont encore incertaines en République démocratique du Congo et au Burundi », a déclaré à la presse M. Grandi à l'issue de sa visite au camp de réfugiés de Nyarugusu à Kasulu, soulignant que certains réfugiés se sont néanmoins portés volontaires pour rentrer chez eux et bénéficient du soutien du HCR.

 «Il est important que personne ne soit contraint au retour et que le rapatriement reste un exercice volontaire ».

M. Grandi a appelé à un soutien international accru pour que les réfugiés qui rentrent volontairement puissent réintégrer avec succès leur pays d'origine, notant les paquets de retour actuels et que la capacité de suivi des rapatriés au Burundi est insuffisante.

Un pays stable dans une région en crise

M. Grandi a souligné que la Tanzanie était un pays stable dans une région en crise et a félicité le pays pour son rôle de pacificateur régional, exhortant les dirigeants tanzaniens à poursuivre leurs efforts de paix. Lors d'une réunion à Dar es Salaam avec Benjamin William Mkapa, l'ancien président de la Tanzanie, qui a récemment occupé le poste de facilitateur du processus de dialogue inter-burundais auprès de la CAE, M. Grandi a exprimé l'espoir que les efforts de médiation se poursuivraient. M. Mkapa a déclaré craindre que le processus soit au point mort et, même si des progrès ont été accomplis dans le domaine de la sécurité, il reste une impasse politique et le dialogue entre les parties prenantes est le seul moyen de sortir de la crise actuelle et de mener des élections libres, équitables et inclusives prévues pour 2020.

74%  des réfugiés et demandeurs d’asile tanzaniens viennent du Burundi et les 26% restants viennent de RDC. La grande majorité vit dans des camps proches des zones frontalières et nombre d'entre eux y sont depuis des décennies.

M. Grandi a félicité la Tanzanie pour son soutien au Pacte mondial pour les réfugiés, une approche qui appelle un soutien international accru aux pays hôtes. Il appelle également à une plus grande autonomie des réfugiés, ce qui stimulera les économies locales et offrira des opportunités aux communautés hôtes, a-t-il déclaré.

 Lors de sa visite au camp de réfugiés de Nyarugusu, Selemani Boaz, un réfugié congolais, un commerçant du marché, a déclaré : « Le marché commun nous aide à interagir avec différentes personnes, même de l'extérieur du camp, en particulier des Tanzaniens ... Nous apprenons à nous connaître et cela contribue à nous unir ».

Le marché permet également aux réfugiés d'avoir accès à une variété d'aliments, en dehors des rations du Programme alimentaire mondial (PAM).

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher