topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : le gouvernement agrée le nouveau parti de l’opposant Agathon Rwasa Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

@rib News, 14/02/2019 – Source AFP

Le gouvernement burundais a agréé jeudi la nouvelle formation politique d’Agathon Rwasa, principal opposant du pays, après que ce dernier a accepté de changer le nom de son parti, a-t-on appris auprès de M. Rwasa et du ministère de l’Intérieur. En novembre, le ministère de l’Intérieur avait refusé d’agréer le Front national pour la Liberté – Amizero y’Abarundi (Espoir du Burundi), au motif que ses « sigles, emblèmes et devise sont semblables à ceux d’un parti politique déjà agréé ».

Ce nom était de fait une allusion très claire au parti issu de l’ex-rébellion hutu des Forces nationales de Libération (FNL), dont le chef historique, M. Rwasa, avait été évincé de la tête en 2011 au profit d’un proche du pouvoir.

Après avoir initialement refusé de changer le nom de son parti, M. Rwasa a finalement opté pour le Congrès national pour la Liberté (CNL), dont il a obtenu l’agrément.

« Nous sommes satisfaits car notre parti, le CNL, a été enfin agréé aujourd’hui après plusieurs mois d’attente », s’est réjoui M. Rwasa auprès de l’AFP. « Ca n’a pas été facile, mais finalement la patience a payé ».

L’information, qui circulait sur les réseaux sociaux, a été confirmée par le ministère burundais de l’Intérieur, qui assure que « l’ordonnance ministérielle d’agrément du parti CNL été remise aujourd’hui à un de ses représentants ».

Rwasa a créé son nouveau parti dans la perspective des élections de 2020 au Burundi car la nouvelle Constitution adoptée en 2018 ne permet plus à une coalition d’indépendants de se présenter, comme c’était le cas en 2015 pour la coalition Amizero y’Abarundi qui était alors devenue la deuxième force politique du pays.

Cette coalition, pourtant représentée à l’Assemblée nationale, ne pouvait plus organiser des réunions ou des meetings, alors que des centaines de ses membres croupissent en prison pour réunions clandestines ou atteinte à la sûreté de l’Etat.

Le Burundi est en crise depuis que le président Pierre Nkurunziza a annoncé en avril 2015 sa candidature à un troisième mandat controversé. Il avait été réélu en juillet de la même année.

Les violences qui ont accompagné la crise auraient fait au moins 1.200 morts et déplacé plus de 400.000 personnes entre avril 2015 et mai 2017, d’après les estimations de la Cour pénale internationale (CPI), qui a ouvert une enquête.

La presse indépendante encore présente dans le pays continue de documenter chaque semaine des cas d’arrestations arbitraires, de tortures ou de disparitions forcées de militants de M. Rwasa, essentiellement commis par les Imbonerakure, la ligue des jeunes du parti CNDD-FDD au pouvoir, qualifiée de milice par l’ONU.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher