topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

POUR LE FIL COMPLET DES INFORMATIONS : CLIQUEZ SUR « TOUTE L’ACTUALITÉ » [MENU DE GAUCHE] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : Des activistes s’apprêtent à lancer une autre CVR plus "indépendante" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Société

Jeune Afrique06 mars 2019

[Tribune] Le Burundi doit regarder son passé en face

Aborder la question de la mémoire collective au Burundi, c’est oser regarder en face les brutalités et les barbaries qui ont bouleversé, déchiré, meurtri et anéanti l’existence de centaines de milliers de personnes, génération après génération.

Se pose alors un double défi: dun côté, le devoir moral de rendre justice aux victimes, de restaurer leur dignité humaine. De lautre, la nécessité de construire une mémoire partagée, apaisée afin de rendre lavenir commun désirable. Car la mémoire est plus qu’un récit du passé. Elle est aussi au service de la construction de l’avenir.

Enfouis, enterrés dans l’oubli, les événements tragiques du passé finissent toujours par remonter à la surface pour se rappeler au mauvais souvenir des vivants en empruntant des voies inattendues. Rien de durable ne saurait être construit sur le musellement de la mémoire. Nier l’existence des morts, des disparus, des torturés, c’est contribuer à leur transformation en fantômes, empêchant le présent de se déployer en toute sérénité. Alors autant regarder l’histoire en face avec ses laideurs et ses horreurs.

Écouter la parole de tous

Cette difficile mission a été confiée, dans certaines sociétés déchirées par des conflits violents, à des Commissions vérité et réconciliation, chargées d’écouter la parole de tous, de mener des enquêtes sur ce qui est advenu, de réhabiliter les victimes dans leur dignité, de promouvoir une réconciliation fondée sur le droit à la vérité et d’encourager la mise en place d’une justice transitionnelle. Autrement dit une justice réparatrice refusant l’indifférenciation morale, désignant ce qui est détestable, exécrable, inacceptable, interdit, libérant la société de la routine de la violence et de l’impunité, pour l’engager sur la voie du refus du mal comme normalité.

C’est dans cet esprit qu’en 2000 l’accord d’Arusha avait prévu la mise en place d’une Commission vérité et réconciliation au Burundi. Hélas, à ce jour, elle n’a jamais pu évoluer dans un cadre politique satisfaisant. Elle est de surcroît sujette à controverse car perçue comme un organe chargé de déformer la mémoire collective au profit du pouvoir actuel. Ses détracteurs pointent du doigt l’impossibilité d’accéder au droit à la vérité dans un contexte général non sécurisant.

Que peut être en effet une Commission vérité et réconciliation dans un pays où règne encore la terreur? À quelle libération cathartique de la parole peut-on parvenir quand certaines victimes sont susceptibles d’encourir des mesures de rétorsions si elles s’expriment? Que peut signifier la réconciliation dans un contexte contaminé par des discours officiels de haine et de révision de l’histoire visant à exacerber les antagonismes?

Une nouvelle Commission

Pour apporter leur contribution à ces problèmes, des personnalités burundaises, africaines et internationales s’apprêtent aujourd’hui à lancer une nouvelle Commission, indépendante, ouverte, à l’écoute de tous les Burundais. À partir de juin, cette structure, composée de douze membres choisis pour leur intégrité et leurs compétences, se rendra au Burundi et dans les différents pays accueillant la diaspora pour auditionner victimes, témoins et acteurs des crimes commis depuis l’indépendance du pays. Au terme de ses enquêtes, elle rédigera un rapport qui sera remis aux institutions régionales et internationales. Seule l’indépendance peut permettre l’élaboration d’un récit cohérent sur les crimes commis par le passé.

Les blessures de l’âme sont plus difficiles à soigner que celles du corps. Elles ne cicatrisent qu’avec le temps et l’affirmation de la sacralité de la dignité humaine. L’œuvre de guérison de la société burundaise prendra du temps, exigera beaucoup de patience, de force d’âme et de fermeté morale.

Par David Gakunzi

Originaire du Burundi, David Gakunzi est un ancien fonctionnaire international, connu pour son parcours d’intellectuel engagé. Il est à l’origine de nombreuses initiatives dont le Centre international Martin Luther King, la caravane pour la paix en Afrique, l’université africaine de la paix.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher