topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : la VOA et la BBC de nouveau sanctionnées Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

RFI, 30-03-2019

Au Burundi, le Conseil national de la communication (CNC) a prolongé vendredi les sanctions qui touchent la BBC et la VOA (Voice of America) depuis mai 2018. Deux radios qui diffusaient des programmes en kirundi, langue la plus parlée au Burundi. La chaîne américaine est suspendue « jusqu'à nouvel ordre ». Pour la BBC, la sanction est plus lourde : elle voit son autorisation d'exploitation retirée.

La BBC est accusée de ne pas avoir respecté sa précédente suspension avec la diffusion d'un documentaire qualifié par les autorités burundaises de « calomnieux » et d'« accablant » pour le pays.

En ce qui concerne Voice of America, le Conseil national de la communication (CNC) lui reproche d'avoir maintenu au sein de sa rédaction un homme, Patrick Nduwimana, visé par un mandat d'arrêt international émis par le Burundi pour des violences intervenues avant le putsch manqué de mai 2015.

Nestor Bankumukunzi, le président du CNC, a également lancé un avertissement à tous les journalistes du pays. « J'interdis formellement à tout journaliste burundais ou à tout journaliste étranger se trouvant sur le territoire national du Burundi de fournir directement ou indirectement des informations pouvant être diffusées par la radio BBC ou par la VOA, jusqu'à la levée de cette décision. »

Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de Reporters sans frontières, dénonce des sanctions arbitraires et une attaque de plus contre les journalistes indépendants au Burundi. « Ce sont des journalistes qui travaillent dans la clandestinité, qui communiquent avec leurs sources de manière extrêmement sécurisée. La suspension et le retrait d'exploitation pour ces deux grandes radios internationales vont amplifier cette dynamique, et contribuer à ce que les journalistes burundais n'osent plus s'exprimer et faire leur travail correctement ».

Selon Arnaud Froger, ces sanctions sont également significatives de la volonté du régime burundais de contrôler le débat public.

« C’est une décision que est, bien sûr, complètement arbitraire, mais qui, malheureusement, n’est pas surprenante, eu égard aux nombreuses exactions qui sont commises contre les journalistes et les médias qui opèrent au Burundi depuis la tentative de coup d’Etat de 2015. C’est d’autant plus grave que ce sont des médias qui sont extrêmement suivis puisque ce sont deux grandes radios qui diffusent des informations en kirundi qui est la langue nationale et qui est, de très loin, la langue la plus parlée. Ce sont donc des médias de grande audience auxquelles le régime burundais s’attaque », a-t-il précisé.

« On est dans une fuite en avant du régime, globalement depuis 2015. Le régime n’a plus besoin, aujourd’hui, de prétextes pour opérer des suspensions arbitraires de médias. On est donc dans le verrouillage médiatique et dans la censure du débat public. Il y a une volonté qui est claire, nette et assumée de contrôler le discours et les pensées, d’empêcher l’expression des voix critiques et, évidemment, on s’attaque aux médias de grande audience que sont ces deux grandes radios internationales », a conclu Arnaud Froger.

A cause de ces sanctions, une vingtaine de journalistes ne pourront plus travailler. Ils font partie des derniers professionnels indépendants du Burundi.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher