topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Durant les mois de juillet et août 2019, ARIB.INFO se met en mode vacances ! Des articles seront régulièrement postés sur le Site Web mais le traitement des informations sera ralenti. Le rythme habituel reprendra en septembre. [La Rédaction] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : la justice ordonne la saisie des biens d’opposants en exil Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Justice

Jeune Afrique16 mai 2019

Le président de la Cour Suprême et le procureur général de la République burundaise ont annoncé la saisie des biens d'opposants en exil et de militaires condamnés pour complicité dans la tentative de coup d'État des 13 et 14 mai 2015.

Quasiment quatre ans jour pour jour après la tentative de putsch de 2015, la justice burundaise a ordonné le 15 mai « la saisie des biens meubles et immeubles se trouvant sur le territoire » appartenant à 32 personnalités, parmi lesquels des militaires ainsi que plusieurs activistes et opposants en exil hostiles au troisième mandat du président Pierre Nkurunziza, afin que ceux-ci soient « exploités par l’État ».

Opposants, militaires et journalistes

Le général Godefroid Niyombare figure en tête de la liste publiée par le ministère de la Justice. Ancien chef des renseignements, premier chef d’état-major hutu de l’armée burundaise aujourd’hui en exil, il a été l’un des instigateurs du coup d’État contre Pierre Nkurunziza qui briguait à l’époque un troisième mandat controversé.

On distingue aussi parmi les personnalités visées des opposants politiques comme Jean Minani un des leaders du Cnared, plateforme d’opposition en exil et Alexis Sinduhije, leader du Mouvement pour la solidarité et la démocratie (MSD), que Bujumbura soupçonne d’être à la tête d’une rébellion armée. Tous font l’objet d’accusation de « complicité » dans le putsch de mai 2015. Contacté par Jeune Afrique, le ministère de la Justice n’a pas répondu à nos sollicitations.

L’investiture le 25 avril 2015 de Pierre Nkurunziza comme candidat du CNDD-FDD pour un troisième mandat à la tête du Burundi avait déclenché une vague de protestation dans le pays. Plusieurs rassemblements d’ampleur avaient alors débuté dans la capitale Bujumbura avant d’être violemment réprimés.

Les violences et la répression qui ont accompagné la crise post-électorale auraient fait au moins 1 200 morts et déplacé plus de 400 000 personnes entre avril 2015 et mai 2017, d’après les estimations de la Cour pénale internationale, qui avait ouvert une enquête sur les crimes commis pendant cette période.

2020 en ligne de mire

« Ce n’est pas un hasard si le timing de l’annonce colle avec l’anniversaire du putsch de 2015. Le pouvoir souhaite légitimer son action en continuant sa répression contre ceux qu’il accuse d’avoir collaboré avec les putschistes et d’avoir déstabiliser le pays, il ne faut pas se leurrer derrière ce zèle il y a aussi une logique électoral », estime Innocent Muhozi, patron de Radio-Télé Renaissance qui émet depuis Kigali au Rwanda et figure lui aussi sur la liste, aux côté d’autres journalistes de médias indépendants en exil à l’image de Bob Rugurika de la RPA.

« Nous avons déjà dû nous exiler, qu’est-ce que la saisie du peu de biens qui nous restent au Burundi peut faire de plus ? », s’interroge pour sa part Alexis Sinduhije qui voit lui aussi dans cette démarche une logique électorale.

Pierre Nkurunziza, qui avait repris la main de justesse après la tentative du putsch qui s’était déroulé alors qu’il se trouvait à Arusha pour un sommet régional sur la crise burundaise, a depuis raffermi son pouvoir avec le vote en faveur d’une modification de la Constitution en mai 2018. Le texte fondamental l’autorise dans les faits à briguer deux septennats à partir de 2020, mais le président a assuré qu’il ne comptait pas se présenter à nouveau.

Une opposition en exil, mais toujours active

Toujours en exil, une importante partie de l’opposition n’en reste pas moins active en vue de la présidentielle 2020. Réunie les 3 et 4 mai derniers à Kampala à l’initiative de l’ONG finlandaise CMI – Peace broker, des représentants de partis d’opposition internes et externes ont échangé sur les futurs échéances électorales et l’avenir du dialogue inter-burundais, au point mort depuis l’échec du cinquième round des discussions en octobre 2018.

Les participants à la réunion ont adressé une lettre au président ougandais Yoweri Museveni, médiateur dans la crise burundaise, pour lui demander l’organisation d’une nouvelle session de dialogue.

L’idée d’une candidature unique circule dans les rangs de l’opposition, mais certains membres ne cachent pas leur scepticisme. « Il sera très compliqué de parvenir à un compromis », assure le leader d’un parti d’opposition en exil à Jeune Afrique, sous couvert d’anonymat.

Dans le même temps, la principale force d’opposition interne, le Congrès national pour la liberté d’Agathon Rwasa, continue de tenter d’organiser son nouveau parti autorisé en février dernier, mais accuse le pouvoir de mener une importante répression contre son mouvement.

Par Romain Gras

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher