topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le Burundi n’est pas prêt si Ebola survenait Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Santé

La Libre Belgique, 18 juillet 2019

Le cas du patient atteint de fièvre hémorragique Ebola et arrivé impunément à Goma (capitale du Nord-Kivu, en RDCongo) le week-end dernier est venu rappeler à toute la région que la contagion est possible. Le Rwanda a conseillé à ses ressortissants d’éviter les voyages au Congo. Le Burundi n’a encore rien fait, alors que la médiocrité de son système de santé en fait un pays particulièrement vulnérable à l’épidémie, si la contagion devait le gagner.

Le pasteur qui est arrivé dimanche dernier de Butembo (Nord-Kivu), épicentre de l’épidémie, à Goma, capitale provinciale, avait fait quelque 300 km en bus avec 18 autres personnes et le véhicule avait croisé trois « contrôles » sanitaires; alors que le malade était fiévreux depuis plusieurs jours, ils n’ont rien vu et ne l’ont pas arrêté. L’histoire envoie des frissons dans le dos de nombreuses personnes, notamment au Burundi, situé pas très loin de Goma.

Beaucoup de mouvements entre le Kivu et Bujumbura

Car il est courant de voir, à Bujumbura, la capitale burundaise, des Congolais du Kivu venant se faire soigner dans les hôpitaux locaux, « un peu moins chers que dans certaines villes du Kivu et fonctionnant mieux« , indique à La Libre Afrique.be une source bien informée à Bujumbura.

Les nombreux déplacements de personnes entre le Kivu et le Burundi rendent possibles une contagion de l’épidémie d’Ebola à ce pays. « Or, il n’y a aujourd’hui aucune structure d’accueil pour Ebola, apte à isoler un patient, sans même parler de le soigner« , poursuit la source.

Pas d’équipements, ni de vaccins

Pauvre et corrompu, le Burundi ne dispose pas des équipements médicaux nécessaires. Et « les structures internationales, comme Médecins sans frontière ou l’Organisation mondiale de la Santé, évitent d’importer tout leur matériel au Burundi en raison de la corruption importante aux douanes, parce que cela leur coûterait trop cher« . En effet, comme tous les fonctionnaires burundais – sauf les militaires et les policiers – les douaniers ont perdu plus de 40% de leur pouvoir d’achat en trois ans et tentent donc de se rattraper sur les voyageurs et les marchandises.

« Du coup, ces organisations laissent le gros de leur matériel en stand by à Nairobi et n’importent au Burundi qu’en cas d’épidémie ou d’urgence le ou les containers dont ils ont besoin pour y faire face ».

Le Burundi manque aussi de matériel pour garantir la chaîne de froid nécessaire à la conservation de nombreux vaccins; il n’en dispose donc pas pour protéger son personnel médical, aux avants-postes en cas d’épidémie. « Le vaccin contre Ebola doit être conservé à moins 60°, poursuit cette source. « Il n’y en a donc aucun au Burundi. Si une épidémie devait survenir, le pays serait bien démuni pour y faire face ».

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher