topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Les raisons de l'épidémie de paludisme au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Santé

RFI, 07-08-2019

Le Burundi fait face à une flambée de paludisme. Selon les chiffres d'OCHA, le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU, publiées cette semaine, 5,7 millions de Burundais sont aujourd'hui atteint par cette maladie. Cela représente deux fois plus de cas que l'année dernière à la même période.

Ce n'est pas la première fois que le Burundi est confronté à cette situation. En 2017 déjà, le gouvernement avait dû déclarer une épidémie. Plusieurs causes expliquent cette recrudescence de la maladie.

D'abord, il y a les facteurs environnementaux. Selon un récent rapport de l'Organisation mondiale de la santé, le réchauffement climatique est en partie responsable de cette recrudescence du paludisme. Plus du 80% du territoire du Burundi est montagneux. Jusque-là, les moustiques ne s'aventuraient pas en hauteur mais le réchauffement de la planète et leur évolution leur permettent aujourd'hui de survivre à une certaine altitude.

D'autre part, le gouvernement burundais a amorcé dans les années 2000 une politique de « modernisation de l'agriculture », misant beaucoup sur la riziculture. Cette céréale pousse dans les marais qui sont de véritables nids à moustiques.

Puis il y a les facteurs économiques. L'OMS pointe le manque de ressources humaines, logistiques et financières du Burundi pour faire face à l'épidémie. Il faudrait distribuer des moustiquaires, lancer des campagnes de pulvérisation pour tuer les insectes ou encore offrir gratuitement les médicaments nécessaires.

« La malaria, c'est la maladie du pauvre, explique,  Albert Mbonerane, président de l'Action de lutte contre la malaria au Burundi. Si l'on se fait soigner, elle guérit rapidement, mais sinon, elle tue aussi vite » conclut-il.

Docteur Onkar Bhogal, spécialiste des maladies tropicales et infectieuses à Nairobi : « 50% de la population infectée est un taux très rare. Le Burundi est vraiment un cas particulier. Cela s’explique par les fortes pluies qu’a connues le pays fin de l’année dernière et début de cette année. Cela a multiplié le nombre de moustiques femelles qui propagent la malaria. Il y a aussi d’autres facteurs comme la migration des populations des zones rurales vers les zones urbaines qui a entrainé une surpopulation des villes. Le manque de sanitaires et d’hygiène est idéal pour les moustiques. De plus, les pratiques agricoles ont beaucoup changé au Burundi récemment avec plus de terres irriguées. »

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher