topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Epidémie de paludisme : bataille des chiffres entre l'ONU et le Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Santé

PANA, 08 août 2019

Plus de 4,3 millions de cas de paludisme enregistrés dont 1.400 décès, depuis le début de l’année au Burundi

Bujumbura, Burundi - Quelque 4.394.616 cas de paludisme, dont 1.400 décès, ont été enregistrés depuis le début de cette année au Burundi, sans toutefois atteindre des proportions épidémiques comparables à celles de 2017, a-t-on appris jeudi de source proche du ministère de la Santé publique et de la Lutte contre le VIH/SIDA.

Beaucoup de médias ont fait de leur «Une» ces derniers jours,  "la flambée de paludisme au Burundi, atteignant des proportions épidémiques avec plus de 1.800 victimes depuis le début de l'année, soit autant que le nombre de victimes d'Ebola en un an en République Démocratique du Congo voisine».

«Ce n’est pas le cas actuellement au Burundi», a formellement démenti le ministre de la Santé publique et de la Lutte contre le VIH/SIDA, Dr Thaddée Ndikumana.

La dernière épidémie de paludisme au Burundi remonte à 2017 où il a été dénombré près de 5 millions de cas sur les six premiers mois de l’année, dont environ 4.500 décès, selon la mise au point du ministre Ndikumana.

La bataille des chiffres est partie d’un rapport attribué au Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA), faisant état d’un « total cumulé de 5.738.661 cas et de 1.801 décès du 1er janvier au 21 juillet 2019, dans un pays d’environ 11,5 millions d'habitants et où une même personne peut avoir contracté la maladie plusieurs fois.

Contrairement aux assurances du gouvernement burundais, les auteurs du rapport évoquent "des proportions épidémiques" de la maladie depuis début mai.

Seuls le ministère de la Santé publique et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sont qualifiés pour déclarer le caractère épidémique de la maladie, est revenu à la charge Dr Thaddée Ndikumana.

Dans le cadre des mesures préventives, le ministre a parlé d’une somme d’un milliard de francs burundais (546.448 dollars américains) qui a été décaissée pour engager 360 prestataires additionnels afin d’appuyer les centres de santé et les communautés à la base dans le dépistage et la prise en charge médicale gratuite des personnes atteintes de paludisme.

La pulvérisation intra-domiciliaire est une autre mesure qui a permis de faire baisser le taux des décès liés au paludisme, a-t-il encore laissé entendre.

Le Burundi fait également face à la recrudescence du choléra et là aussi, le ministre de la Santé a tenu à rassurer la population.

Seuls 12 des 260 cas déclarés ces dernières semaines à Bujumbura, la capitale économique du Burundi et ses environs, restent sous observation médicale, a-t-il indiqué.

Le maire de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, annonçait, la veille, la fermeture de tous les bars-restaurants attenants aux marchés, aux parkings de bus de transport en commun, ceux des abords des routes et des caniveaux d’écoulement des eaux usées. 

Le commerce ambulant de la nourriture, de jus et d’eau dans des sachets de fortune a été également interdit dans la municipalité de Bujumbura, face à la recrudescence du choléra.

Au Burundi, les analystes notent une dégradation croissante et généralisée des conditions de vie des citoyens suite au gel de la coopération internationale.

Le gel a été motivé par la crise politique et des droits humains autour des élections controversées et émaillées de violences dans un pays dépendant habituellement de l’aide extérieure pour plus de 50% de ses besoins.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher