topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

ALERTE - Coronavirus au Burundi : Kira Hospital annonce avoir déjà reçu « des cas très suspects de Covid-19 ». [@rib News, 27/03/2020] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : Une compensation financière pour quelque 4.000 agro-éleveurs Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

PANA, 29 août 2019

4.000 agro-éleveurs compensés des dégâts de la peste des petits ruminants au Burundi

Bujumbura, Burundi - Quelque 4.000 agro-éleveurs de huit des 18 provinces burundaises ayant été durement affectées par la peste des petits ruminants, entre 2017 et 2018, ont reçu, chacun, une compensation financière de 100.000 francs burundais (un peu plus de cinq dollars américains) par animal perdu, a fait le point, mercredi, la radio publique, citant des services décentralisés du ministère de l'Agriculture et de l'Elevage.

Les compensations sont destinées à aider les petits paysans et éleveurs burundais à repeupler le cheptel ovin et caprin, dans le cadre d'un projet financé par la Banque mondiale (BM), selon la même source.

Pour rappel, les premiers foyers épidémiques étaient apparus dans des endroits où des boucs et chèvres importés d’Ouganda voisin avaient été distribués aux agro-éleveurs burundais, dans le cadre du même projet de la BM.

La maladie se manifestait par la toux, l’écoulement nasal, les lésions au niveau des commissures labiales, des museaux, des paupières et des parties interdigitales ; les poils piqués, les tremblements musculaires, des diarrhées nauséabondes auxquels les animaux ne survivaient pas longtemps.

Un rapport d’expertise de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) indiquait, au plus fort de l’épidémie, que rien ne permettait non plus d’exclure la présence du virus au Burundi, antérieurement aux importations venues de l’Ouganda.

Le rapport indiquait que sur les 5.438 bêtes distribuées dans le cadre du projet de la BM, seulement 494 boucs avaient été importés d’Ouganda et 4.944 chèvres achetées sur les marchés locaux.

Le ministère burundais de l’Agriculture et de l’Elevage avait douté du respect des protocoles de vaccination à l’importation des bêtes d’un pays où la peste ovine et caprine est endémique.

Au bout du compte, plus de 8.500 chèvres ont succombé à la peste des petits ruminants au Burundi depuis décembre 2017, au dernier bilan officiel.

En guise de riposte d’urgence, plus de trois millions d’ovins et de caprins, soit le total du cheptel de petits ruminants du pays, ont été vaccinés en quelques mois, grâce au soutien de la Banque mondiale.

Parmi les mesures conservatoires, le gouvernement burundais a eu à interdire provisoirement, tout mouvement et vente des petits ruminants d'une province à une autre.

Comme conséquences, les étals de viande caprine, dans les bars et restaurants du pays, ou encore au bord des routes, étaient restés longtemps vides de l’une des denrées vitaminées les plus recherchées et abordables au Burundi.

En mars 2018, la Banque mondiale a approuvé un mécanisme de riposte immédiate de 2,8 millions de dollars américains.

En juin de la même année, le ministère de l’Agriculture et de l’Elevage a autorisé la réouverture des lieux de vente et de consommation, tout en maintenant l’interdiction formelle d’importation de chèvres de l’extérieur du pays.

Au Burundi, les petits éleveurs étaient plutôt habitués à la fièvre aphteuse, une maladie virale qui affecte indistinctement les bovins, les porcs, les chèvres et les moutons.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher