topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

ALERTE – PIERRE BUYOYA CONDAMNÉ À LA PERPÉTUITÉ POUR L'ASSASSINAT DE MELCHIOR NDADAYE : La Cour suprême du Burundi a condamné lundi l'ancien président Pierre Buyoya à la prison à vie pour "sa participation à l'assassinat de son successeur Melchior Ndadaye". [@rib News, 20/10/2020] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] ● Pour le fil complet des informations : Cliquez sur « Toute l’actualité » [Menu de gauche] ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire] 

La Tanzanie reste évasive sur le sort des Burundais réfugiés sur son sol Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sécurité

@rib News, 03/10/2019 – Source AFP

Quelque 600 Burundais réfugiés en Tanzanie ont été rapatriés jeudi de leur plein gré dans leur pays d’origine, pendant que le gouvernement tanzanien continuait à laisser planer le doute sur ses réelles intentions à l’égard de ceux qui refusent de rentrer au Burundi.

« 590 réfugiés burundais sont partis de Tanzanie dans un convoi de rapatriés volontaires ce matin (jeudi) », a annoncé à l’AFP un responsable du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), sous couvert d’anonymat.

Ils sont arrivés à bord de huit bus à la mi-journée sur le site de transit de Gisuru, dans la province burundaise de Ruyigi (est), selon des témoins.

Environ 225.000 Burundais répartis dans trois camps situés dans le nord-ouest du pays, Nduta, Mtendeli et Nyarugusu, sont réfugiés en Tanzanie, selon le HCR. Ils ont fui leur pays à la suite de la crise politique de 2015, qui a débouché sur des violences meurtrières.

L’anxiété avait gagné les camps après que le gouvernement tanzanien, estimant que la paix est revenue au Burundi, eut annoncé fin août qu’il entendait procéder à partir du 1er octobre au rapatriement de tous les réfugiés burundais présents en Tanzanie.

Mais les autorités tanzaniennes avaient ensuite soufflé le chaud et le froid et aucun rapatriement forcé n’a encore été constaté depuis le 1er octobre.

Le porte-parole du gouvernement tanzanien, Hassan Abbas, a assuré jeudi qu' »aucun réfugié burundais ne (serait) forcé de retourner dans son pays », sans toutefois se départir d’une certaine ambigüité.

– Accord tripartite –

« La Tanzanie a reçu des réfugiés du Burundi depuis 1940 et même probablement avant ça, avant même que des recommandations internationales et des traités soient instaurés », a-t-il expliqué en conférence de presse à Dar es Salaam.

« Donc, c’est notre politique de continuer à les recevoir, à chaque fois que nous sommes convaincus qu’il y a un tel besoin et que ces gens ont véritablement besoin de notre aide », a-t-il ajouté.

« Cependant, si vous lisez ces traités, le statut de réfugiés est affaibli ou même prend fin quand la situation qui a forcé ces gens à fuir se normalise », or « en ce moment, le Burundi est en paix et se prépare pour les élections l’an prochain », a-t-il aussi relevé.

Le Burundi a plongé dans la crise quand le président Pierre Nkurunziza a annoncé en avril 2015 sa candidature à un troisième mandat. Il a été réélu en juillet de la même année.

La répression qui a accompagné la crise aurait fait au moins 1.200 morts et déplacé plus de 400.000 personnes entre avril 2015 et mai 2017, selon la Cour pénale internationale, qui a ouvert une enquête.

Si les violences se sont depuis un peu atténuées, les opposants continuent à être arrêtés, tabassés ou assassinés, selon les organisations de défense des droits de l’homme. Et chaque mois, près d’un millier de Burundais fuient encore leur pays, d’après le HCR.

Depuis la signature d’un accord tripartite avec la Tanzanie et le Burundi en août 2017 sur le rapatriement des réfugiés burundais en Tanzanie, le HCR a facilité le retour de plus de 74.000 réfugiés volontaires vers le Burundi.

– ‘Le flux s’est tari’ –

Les réfugiés arrivés jeudi à Gisuru vont « rester dans le camp jusqu’à demain (vendredi), avant d’être acheminés vers leurs communes d’origine », a précisé à l’AFP un responsable administratif burundais ayant également requis l’anonymat.

Au début, les convois pouvaient contenir plus de 2.000 rapatriés, mais « petit à petit le flux s’est mis à se tarir » et les plus récents ne comprenaient pas plus de 300 personnes, a regretté la même source.

Des sources dans les camps ont indiqué à l’AFP que ces derniers mois des réfugiés ont fui vers l’Ouganda, le Rwanda ou le Kenya, à cause de la pression des autorités tanzaniennes pour qu’ils rentrent au Burundi.

« Ils ont d’abord interdit de sortir des camps pour aller travailler dans les champs des Tanzaniens, puis ils ont fermé les boutiques, les bars à l’intérieur des camps, ainsi que les taxis motos et dernièrement ils ont fermé les marchés », a dénoncé un réfugié du camp de Nduta, sous couvert d’anonymat.

« La Tanzanie respecte les accords internationaux sur les réfugiés et fera en sorte que le processus de réinstallation des réfugiés soit mené soigneusement », a répondu M. Abbas.

Le même responsable du HCR a rappelé jeudi que l’organisation onusienne « ne (soutiendrait) pas le retour forcé des réfugiés », et demandé aux deux gouvernements de « respecter les engagements qu’ils ont pris » dans le cadre de l’accord tripartite.

En dehors de la Tanzanie, 71.000 Burundais sont réfugiés au Rwanda, 45.000 en République démocratique du Congo (RDC) et 43.000 en Ouganda.
 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher