topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : l’Etat reprend le secteur café, après l’échec de sa libéralisation Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

@rib News, 16/10/2019 – Source Agence Anadolu

Après les résultats décevants de la libéralisation de la filière café, le gouvernement du Burundi a décidé de se réengager dans ce secteur, a annoncé, mardi, Déo-Guide Rurema, ministre de l’Environnement, de l’agriculture et de l’élevage, lors d’un point de presse à Bujumbura.

« Nous avons constaté qu’il n’y avait plus de la transparence, de la traçabilité au niveau de tous les acteurs impliqués dans les différents maillons, de la production, de la transformation jusqu’à l’exportation », a-t-il déclaré.

Il a déploré l'insuffisance au niveau rapatriement de devises depuis un certain temps et des impayées des caféiculteurs sur de longues années.

Ainsi, a-t-il insisté, le café étant la principale culture d’exportation pour le pays, ‘’il faut que ce secteur soit porteur d’espoir dans l’intérêt général’’.

Et d’annoncer que le gouvernement a déjà élaboré une nouvelle stratégie pour redynamiser ce secteur d’une manière transparente et durable.

Insistant sur la campagne 2019-2020, le ministre Rurema a fait état d’une quantité de 47.653 tonnes collectées de café cerise contre une prévision de 75 mille tonnes, soit un taux de réalisation de 63,5%.

« 8573 tonnes de café [Parche full washed] est déjà acheminé vers les usines de déparchage et de conditionnement. Le café vert déjà réalisé est de 5296 tonnes et 2101 tonnes sont déjà vendus pour une valeur de 6.668.392 dollars», a-t-il révélé, annonçant que le prix minimum du café parche washed pour cette campagne est fixé à 1250BIF (soit 0,6 dollars) par kg.

En ce qui concerne le rapatriement des devises, il a signalé que pour la même campagne, sur un montant de 47.506.943 dollars américains attendus, 44.920.456 dollars ont été déjà rapatriés via la Banque centrale, soit un taux de réalisation 94,55%.

Pour la campagne café 2020-2021, Rurema a annoncé que les chiffres provisoires disponibles font état d’une prévision de 110380 tonnes de café cerise soit 17660 tonnes de café vert.

Afin de couper court avec le commerce clandestin du café, il a appelé les forces de sécurité et de l’ordre à la vigilance pour que le café ne soit pas fraudé vers l’extérieur du pays.

D’autres mesures ont été également révélées. « Les nouveaux collecteurs de ce café doivent demander une autorisation à l’Agence gouvernementale de régulation de la filière café (ARFIC), avec un sous-couvert de la commune ou province de la zone d’action », a-t-il précisé, ajoutant que transport de ce type de café d’une province à l’usage de depalchage nécessite obligatoirement une autorisation provinciale incluant l’itinéraire en se référant à une fiche produite par ARFIC.

« Il est strictement interdit de faire circuler ce type de café au-delà de 18 heures », a-t-il averti.

Débutée dans les années 2000, sous l’impulsion de la Banque Mondiale, la privatisation de cette filière visait à stabiliser la production, l’augmentation des revenus des caféiculteurs, etc. Ce qui n’a pas été le cas.

Et les caféiculteurs se sont de plus en plus désintéressés de cette culture. Or, selon les données de l’Autorité de régulation de la filière café (Afric), le café représente environ 60 % des recettes d’exportation et fait vivre environs 8 millions de Burundais.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher