topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : des voix s’élèvent pour libérer 4 journalistes arrêtés Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

@rib News, 26/10/2019 – Source Agence Anadolu

Plusieurs voix se sont élevées pour appeler les autorités burundaises à libérer les 4 reporters du journal Iwacu, privé, et leur chauffeur, arrêtés mardi à Musigati, dans le nord-ouest du pays, suite à des combats entre les forces de l’ordre et des rebelles.

« Les autorités du Burundi devraient libérer immédiatement et sans condition quatre journalistes et leur chauffeur », a déclaré, mercredi, Lewis Mudge, directeur pour l’Afrique centrale à Human Rights Watch (HRW), dans un communiqué de presse dont Anadolu a reçu une copie.

D’après lui, les journalistes jouent un rôle essentiel en faisant la lumière sur les questions qui touchent à l’intérêt général et ne devraient pas être poursuivis pour le travail qu’ils accomplissent en toute légitimité.

A l’approche des élections de 2020, HRW trouve qu’en tentant d’arrêter le partage d’information à la source, ‘’ le gouvernement essaie d’opérer sans contrôle ni transparence’’.

Pour sa part, Alexandre Niyongeko, président de l’Union burundaise des journalistes (UBJ) a aussi condamné l’arrestation et l’incarcération des journalistes qui n’ont commis d’autre « crime » que l’exercice de leur profession.

« Nous exigeons la libération, sans condition, de nos confrères puisque ce ne sont pas des criminels », a-t-il lancé, rappelant que leur place n’est pas dans la prison mais dans leur rédaction.

Idem pour le Collectif des associations des défenseurs des droits de l’Homme.

« Cette arrestation et cet emprisonnement démontrent que le régime a l’intention d’en découdre avec toute voix dissonante. Une preuve que même les élections de 2020 ne seront pas transparentes, démocratiques et apaisées », a souligné Mamert Sabushimike, porte-parole de ce collectif rassemblant une dizaine d’organisations.

« Nous demandons que ces journalistes soient libérés », a-t-il martelé.

Accompagnés d’un avocat, les quatre reporters du journal Iwacu et leur chauffeur ont été interrogé, mercredi, par les officiers de police judiciaire.

« Après interrogatoire, ils sont retournés au cachot en attendant la décision », a confié Léandre Sikuyavuga, directeur des rédactions de la publication, joint par Anadolu, mercredi.

Ces quatre reporters étaient partis mardi, à Musigati, où des affrontements ont été signalés entre un groupe d’hommes armés en provenance de la République démocratique du Congo (RDC) et les forces de l’ordre et de sécurité burundaise.

Depuis avril 2015, date de l’officialisation de la 3ème candidature du président Nkurunziza à la tête du pays, le Burundi a reculé en matière de liberté d’expression.

Selon le classement Reporters Sans Frontières (RSF), en 2019, le Burundi est placé à la 159ème position, 142ème en 2014.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher