topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire] 
Burundi : Le Parlement européen appelle à la libération des reporters d’Iwacu Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Diplomatie

@rib News, 16/01/2020 – Source Agence Anadolu

Le Parlement européen a demandé aux autorités burundaises à abandonner les poursuites contre les quatre journalistes du journal Iwacu et à les libérer immédiatement et sans condition, lit-on dans une Résolution adoptée ce jeudi.

« Nous appelons également à la libération de toutes les autres personnes arrêtées pour avoir exercé leurs droits fondamentaux », ajoute-t-il, évoquant le cas de Germain Rukuki, un défenseur des droits de l’Homme sous les verrous.

A moins de cinq mois des présidentielles de mai 2020, le Parlement européen décrit une «détérioration continue de la situation des droits humains au Burundi».

Dans cette nouvelle résolution, le Parlement européen «condamne fermement les restrictions actuelles à la liberté d’expression au Burundi, y compris les restrictions plus larges aux libertés publiques ».

Cet appel du Parlement européen intervient après deux semaines que ces quatre reporters d’Iwacu à savoir Agnès Ndirubusa (service politique), Christine Kamikazi (Web radio), Egide Harerimana (rédaction anglaise) et Térence Mpozenzi ( caméraman) et leur chauffeur Adolphe Manirakiza aient comparu en audience publique le 30 janvier dernier. A cette occasion, le ministère public a fait un réquisitoire de quinze ans d’emprisonnement, la saisie de leur matériel et privation de leur droit de voter.

D’autres organisations internationales comme Reporters Sans Frontières (RSF), Human Right Watch (HRW), … des médias internationaux dont CNN, The Associated Press, Bloomberg News, The Boston Globe, Forbes, TIME Fortune et HuffPost (USA), Corriere Della Sera (Italie), De Standaard (Belgique), Deutsche Welle, Süddeutsche Zeitung, (Allemagne), Estadão (Brésil), The Financial Times, India Today (Inde), Le Temps (Suisse), Reuters, The Straits Times et TV Azteca (Mexique), ont déjà appelé à la libération de ces journalistes qui, selon eux, ‘’ ne faisaient que leur métier’’.

Accusés de ‘’complicité à l’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat’’, les quatre reporters de l’hebdomadaire indépendant Iwacu et leur chauffeur Adolphe Manirakiza ont été arrêtés le 22 octobre, à Musigati, province Bubanza alors d’un reportage sur une attaque d’un groupe armé dans cette localité riveraine de la grande forêt Ikibira. Seul le chauffeur a été, par après, mis en liberté provisoire. Et d’après le code pénal burundais, en son article 610, cette infraction est punie par une servitude pénale de dix à quinze ans et d’une amende de 1.086 à 2717 dollars américains.

Iwacu, le seul journal indépendant encore fonctionnel après la destruction de quatre médias dans la foulée du coup d’Etat manqué du 13 mai 2015, n’est pas à sa première épreuve depuis la crise de 2015.

Son fondateur et directeur des Publications Antoine Kaburahe a été contraint à l’exil en 2015 et le journaliste Jean Bigirimana est porté disparu il y a déjà plus de trois ans. Menacée de mort, la famille Bigirimana (son épouse et ses deux garçons) a par après pris le chemin de l’exil vers le Rwanda voisin.

Depuis avril 2015, le Burundi n’a cessé de régresser en ce qui est de la liberté d’expression. Selon le classement Reporters Sans Frontières (RSF) en ce qui est de la liberté de la presse, en 2018 et 2019, le Burundi est placé à la 159ème position alors qu’en 2014, il était à la 142ème position.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher