topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Breaking News : ARIB.INFO PASSE EN MODE VACANCES POUR LA PÉRIODE ESTIVALE : Comme chaque année, La Rédaction d'ARIB.INFO lève le pied durant les mois de juillet et août avant de redémarrer à fond début septembre. La Rédaction reste toutefois attentif à l’actualité et, comme vous pourrez le constater, ne vous laissera pas sans Info cet été. Le flux d'actus sera juste moins dense qu'à l'accoutumée. Alors restez connecté ! Toute La Rédaction en profite pour vous souhaiter d'agréables vacances. [@rib News, 05/07/2019] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Elections : Appel lancé à Rwasa à revenir sur sa décision "par fidélité à Gahutu" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

@rib News, 03/06/2010

Mbonimpa MelchiorCapituler, c’est un mauvais choix

Par Melchior Mbonimpa

Il y a quelques semaines, j’écrivais ceci dans un article portant sur le demi-siècle des indépendances africaines : « […] en Afrique, on a effectivement assisté à la fin du monopartisme, et cela, aussi bien dans les pays anglophones que dans les pays francophones, mais encore une fois, la montagne a accouché d’une souris, parce que, ni les partis au pouvoir, ni ceux de l’opposition n’ont une culture démocratique suffisante pour admettre que lors d’élections libres, il y ait des gagnants et des perdants. Nous avons donc un multipartisme typiquement africain, affligé de cette curieuse infirmité intellectuelle : on organise des élections où tout le monde doit gagner ! Ceux qui perdent contestent immédiatement les résultats, quitte à provoquer des bains de sang.

Des exemples ? Pensez au désastre de la Côte d’Ivoire après Houphouët Boigny : trois présidents successifs, effrayés par le multipartisme, ont tenté de brouiller le jeu et de se rallier une majorité en agitant le concept débile de « l’ivoirité ». Comme c’était parfaitement prévisible, de cette boîte de Pandore, il n’est sorti que des calamités, car, justement, jusqu’à preuve du contraire, ivoirité rime avec calamité. Pensez également aux dernières élections au Kenya et au Zimbabwe. Dans chacun des deux pays, les adversaires politiques ont envoyé la pensée en vacances pour tabler sur un dogme insensé : « Il est impossible que mon camp soit perdant! » Une telle attitude est la meilleure recette pour provoquer l’avortement de la démocratie. Après les élections, aussi bien au Kenya qu’au Zimbabwe, il y a eu des émeutes sanglantes. Des milliers de citoyens ont péri avant la mise en place de ces absurdes « gouvernements d’union nationale » qui multiplient par zéro le résultat des urnes. »  

On n’en est pas encore là, au Burundi et j’espère bien que malgré ceux qui sont en train de nous dire que le peuple s’est trompé en votant comme il l’a fait, on n’aboutira pas à l’annulation des communales, ni à la démission de la CENI, ni aux arrangements calamiteux qui se moquent royalement de la voix du peuple. Les urnes ont parlé. Le monde était là pour observer, ainsi que les représentants de tous les partis quand se déroulait le scrutin. Avaient-ils tous les yeux fermés ? Le respect du peuple exige de déclarer hors-jeu ceux qui tentent de mettre en panne le processus démocratique en cours.

Du temps de Gahutu, j’étais membre du Palipehutu. J’ai cessé de l’être quand, après l’assassinat de son fondateur, le parti a subi la fragmentation et je ne savais plus quelle faction soutenir. Le groupe principal de ceux qui revendiquent l’héritage de Gahutu, c’est le dernier mouvement rebelle, devenu depuis peu un parti politique, et sorti deuxième des élections communales qui viennent d’avoir lieu. Un score honorable, même si Rwasa le trouve décevant.  Sa sidérante décision de retirer sa candidature aux présidentielles relève d’un manque de leadership évident. Si j’avais pu participer aux élections, j’aurais donné ma voix à ce parti, uniquement par fidélité à Gahutu. C’est pourquoi je me joins à tous ceux qui tentent de convaincre Rwasa à revenir sur sa décision, même si tous les autres du camp du retrait maintenaient leur position.

Seul Rwasa peut mettre fin à ce qui ressemble à une véritable prise en otage de la démocratie. Il doit se montrer à la hauteur de la responsabilité historique qui est la sienne en ce moment. Il n’y a pas de cause commune entre ce parti et les joueurs mineurs avec lesquels il s’associe dans une solidarité négative. Seul ce parti se rabaisse en suivant ceux qui désertent le processus démocratique par mépris pour le verdict du peuple souverain. Seul ce parti ne peut se permettre de manquer de courage et de créativité.

Ailleurs qu’au Burundi, j’ai déjà vu des élections, incontestablement libres, où un seul parti a gagné tous les sièges. Ainsi, à la fin des années quatre-vingt, au Nouveau Brunswick (une province canadienne) le parti libéral de Frank MacKenna a gouverné sans opposition pendant tout un mandat de quatre ans, parce que ses adversaires n’ont fait élire aucun député ! Or, au Burundi, nous n’en sommes même pas là. Les communales n’ont pas créé une situation de « parti unique ». Et si, au lieu de pratiquer la politique de la chaise vide, les partis de l’opposition formaient un front commun soutenant un seul candidat aux présidentielles, il se pourrait même que le score du CNDD-FDD baisse de façon significative.

Disons en conclusion que pour le FNL de Rwasa, un autre jeu est possible, un autre choix est plus que souhaitable. Ceux qui ont voté pour ce parti, et qui le feraient pour les scrutins à venir, méritent un peu plus de considération. Maintenir cet incompréhensible retrait de la candidature aux présidentielles, ce serait traiter les électeurs, le peuple qui sue, de quantité négligeable, de moins que rien! Et plus tard, ils pourraient se souvenir de cet affront en renvoyant aux oubliettes le parti qui, pour le moment, détient encore, à lui tout seul, la possibilité d’incarner une opposition solide, crédible, fondée sur le scrutin qui lui a accordé le statut, non pas de tiers parti, mais de deuxième force politique du pays, avec une très longue avance sur les suivants.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher