topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

"Sept candidats, un projet de société" dans la campagne électorale en cours au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

PANA, 10 mai 2020

(Analyse) - Bujumbura, Burundi - Le chômage des jeunes, l’agriculture et élevage, les infrastructures, le développement économique, la lutte contre la corruption et le clientélisme sont là les principales préoccupations communes aux sept candidats en campagne pour la présidentielle du 20 mai prochain au Burundi, notent les analystes des projets de société en compétition.

A chacun de ces thèmes correspond un électorat décisif à la présidentielle qui sera couplée aux législatives et aux municipales, le même jour du 20 mai.

Pour le moment, les candidats ne rivalisent pas de chiffres à même de donner une idée sur le sérieux et le réalisme des promesses électorales en question.

Par contre, le président sortant, Pierre Nkurunziza, assure que son successeur n’a pas de soucis à se faire.

Les caisses de l’Etat sont "pleines", répète-t-il à chaque meeting du candidat du pouvoir, Evariste Ndayishimiye, en même temps son potentiel successeur, s’accordent les pronostics.

Le principal opposant en course à la présidentielle, Agathon Rwasa, de son côté, développe naturellement un discours aux antipodes de celui du candidat du pouvoir et prône plutôt un changement radical d’un système « qui a pratiquement tout échoué ».

Ces promesses, peu chiffrées soient-elles, sont surtout rendues incontournables par la réalité d’un pays où, d’une part, les jeunes tant convoités, représentent plus de 65% de la population.

Une bonne partie des jeunes diplômés, ou ceux ayant un faible niveau de scolarisation, sont confrontés à un chômage endémique.

Le secteur agricole focalise tout aussi l’attention des candidats en compétition pour le pouvoir.

Les données officielles indiquent que le secteur agricole occupe plus de 94% de la population active, contribue pour plus de 50% du Produit intérieur brut (PIB), procure au pays plus de 90% des recettes en devises et fournit 95% des apports alimentaires.

Ainsi, il est question de créer une banque de développement, spécifique au monde agricole, pour certains candidats et, pour d’autres, d’augmenter les budgets, de subventionner les intrants ou encore de mécaniser et d’apporter des techniques modernes d’irrigation à ce secteur qui fonctionne encore à la houe.

De façon générale, les candidats se rencontrent encore sur le faible niveau de développement qui relègue le Burundi au rang des dix pays les plus pauvres au monde.

Les candidats ont encore une semaine devant eux pour convaincre plus de cinq millions d’électeurs attendus cet été aux urnes.

Les deux premières semaines de campagne ont été marquées par des actes d’intolérance politique entre militants de la mouvance présidentielle et ceux de l’opposition.

Un candidat sénateur du Congrès national pour la liberté (CNL, opposition), Pasteur Mpawenayo, a écopé de cinq ans de prison pour « enlèvement, coups et blessures » à l'encontre des militants de la mouvance présidentielle.

La loi "n’est pas en veilleuse" durant cette période de propagande et « quiconque l’enfreint doit subir sa rigueur », a avisé le procureur général de la République, Sylvestre Nyandwi.

Le bilan de la police nationale en était déjà à deux morts, 26 blessés, 65 arrestations et une disparition.

Ces rivalités interrogent les observateurs sur l’issue des nouvelles élections qui s’inscrivent dans le prolongement de celles controversées et émaillées de violences de masse, en 2015.

Le chef de file de l’opposition, Agathon Rwasa, assume publiquement la "légitime défense", face aux accusations d’appel à la violence dont il renvoie, par ailleurs, la responsabilité au camp adverse.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher