topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire] 
"Il pèse une forte opacité sur les élections au Burundi" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Analyses

L'Echo, 25/05/2019

Évariste Ndayishime, candidat du CNDD-FDD, le parti au pouvoir, sera le nouveau président du Burundi. L'opposition conteste l'élection. Pour l'expert des questions des Grands Lacs, Emmanuel Klimis, le pouvoir fait peser "une opacité" sur ces élections.

Sans surprise, le général Évariste Ndayishimiye, 52 ans, candidat du président sortant Pierre Nkurunziza, a été proclamé vainqueur de l'élection présidentielle au Burundi. Il aurait remporté 68,72% des voix lors des élections du 20 mai dernier, selon la Commission nationale indépendante (Céni). 

L'épidémie de coronavirus n'a pas convaincu le pouvoir d'annuler le scrutin, comme ce fut le cas en Éthiopie. 

Le principal candidat de l'opposition, Agathon Rwasa, président du Conseil national pour la liberté (CNL), n'aurait recueilli que 24,19% des voix. Il a qualifié ces résultats de "fantaisistes".

Des résultats contestés

Arrestations d'assesseurs, fraudes, internet bloqué durant la journée de jeudi... les témoignages étayant les dénonciations de l'opposition sont nombreux. Agathon Rwasa pourrait se pourvoir devant la Cour constitutionnelle pour contester les élections. Mais le recours laisse peu d'espoir étant donné la fidélité des juges au pouvoir en place. Du reste, le président Nkurunziza n'a autorisé aucune organisation internationale à mener des missions d'observations du scrutin.

"Ce résultat est une rupture après 20 ans de pouvoir non partagé, ça, c'est positif. Mais il pèse une forte opacité sur ces élections. Il y a eu des attaques contre la presse, des fake news, la Céni s'est très peu exprimée", explique Emmanuel Klimis, chercheur aux Facultés Saint Louis, spécialiste des Grands Lacs. "On reste face à un parti au pouvoir qui a choisi l'opacité, une politique revendiquée de maquis, comme stratégie, un signe d'indépendance face aux Occidentaux".

Le parti au pouvoir, le CNDD-FDD, était donné vainqueur des trois scrutins, présidentiel, législatif et communal. Les résultats définitifs seront connus le 4 juin.

Si la Céni confirme le résultat, Évariste Ndayishimiye, dit "Neva", entrera en fonction fin août pour sept ans. "Que va-t-il se passer? Le nouveau président va-t-il donner des gages d'apaisement en libérant par exemple les journalistes d'Iwacu, le dernier média indépendant du pays, emprisonnés depuis août?", poursuit Emmanuel Klimis.

Répression féroce

Le président Pierre Nkurunziza avait déclenché une crise au Burundi en 2015 après avoir annoncé qu'il se présenterait à un troisième mandat. Plus de 1.200 personnes étaient mortes lors d'une répression féroce et 400.000 Burundais s'étaient exilés. Pierre Nkurunziza avait décidé de ne pas se présenter à un quatrième mandat.

Difficile dans ce petit pays, l'un des plus pauvres au monde, de contester le pouvoir, tant la répression du Service national de renseignement et des jeunes milices Imbonerakure peut être féroce. 

VINCENT GEORIS 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher