topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Breaking News : ARIB.INFO PASSE EN MODE VACANCES POUR LA PÉRIODE ESTIVALE : Comme chaque année, La Rédaction d'ARIB.INFO lève le pied durant les mois de juillet et août avant de redémarrer à fond début septembre. La Rédaction reste toutefois attentif à l’actualité et, comme vous pourrez le constater, ne vous laissera pas sans Info cet été. Le flux d'actus sera juste moins dense qu'à l'accoutumée. Alors restez connecté ! Toute La Rédaction en profite pour vous souhaiter d'agréables vacances. [@rib News, 05/07/2019] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
"C’est une démocratie en trompe-œil que vient de connaître le Burundi" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Analyses

Le Pays, 26 mai 2020

VICTOIRE DU CANDIDAT DU POUVOIR A LA PRESIDENTIELLE AU BURUNDI

Quand Pierre se déshabille pour habiller…Evariste

Largement en tête depuis les résultats partiels donnés en fin de semaine dernière, Evariste Ndayishimie, le candidat du parti au pouvoir au Burundi, a été déclaré vainqueur de la présidentielle du 20 mai dernier avec 68,72% des voix contre 24,19% pour Agathon Rwasa arrivé deuxième, par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) qui a procédé à l’annonce des résultats provisoires, le 25 mai 2020.

Quant aux législatives et aux communales, leurs résultats définitifs sont attendus pour le 4 juin prochain, mais l’on ne serait pas surpris que la plupart des candidats du parti au pouvoir réussissent à tirer leur épingle du jeu.

C’est dire si avec ce triple scrutin censé refermer la parenthèse Nkurunziza, le CNDD-FDD s’ouvre une nouvelle ère de gouvernance au Burundi, sous la direction d’un nouveau président. Pour autant, peut-on parier que le Burundi est parti pour vivre une nouvelle expérience démocratique loin des maltraitances infligées par le pasteur-président ? Rien n’est moins sûr.

Le Burundi a manqué l’occasion de se réconcilier avec lui-même

Car, tout porte à croire que Pierre Nkurunziza qui se retire sur le lourd contentieux de son troisième mandat controversé qui aura occasionné plus d’un millier de morts et poussé près d’un demi-million de ses compatriotes à l’exil, est parti du pouvoir sans être vraiment parti. On est d’autant plus fondé à croire que le président sortant ne pouvait pas prendre le risque de se retirer sans couvrir ses arrières, que c’est lui qui aura travaillé à imposer la candidature de son dauphin au sein de son parti, ouvrant ainsi la voie à sa propre succession.

Autant dire que Pierre (Nkurunziza) s’est volontairement déshabillé pour habiller Evariste (Ndayishimie) dont il a dû s’assurer de la loyauté avant de lui ouvrir la voie de son accession au pouvoir. Avec des institutions à la solde du pouvoir, comment pouvait-il en être autrement, pour une élection qui s’est déroulée pratiquement à huis clos, sans observateurs étrangers et sur fond d’intimidations et même d’arrestations dénoncées comme telles, de militants de l’opposition ?

C’est dire si cette victoire du candidat du pouvoir n’est pas véritablement une surprise. Car, on voyait les choses venir. La question est maintenant de savoir si Evariste Ndayishimie saura s’affranchir de la tutelle de son mentor, comme on l’a vu, par exemple, avec Joao Lourenço en Angola, ou s’il s’inscrira dans la logique de la perpétuation des graves manquements en tous genres de son prédécesseur et obligé, auquel cas il risquerait de se retrouver à faire du Nkurunziza sans Nkurunziza.

Quoi qu’il en soit, avec cette élection censée refermer la douloureuse parenthèse des quinze ans de pouvoir du pasteur-président érigé entre-temps en Guide spirituel éternel, mais qui a tous les allures d’une mascarade, on peut dire que le Burundi a manqué l’occasion de se réconcilier avec lui-même. Car, le pays avait une occasion inespérée d’aplanir tous les différends et opérer une véritable catharsis pour repartir sur de bonnes bases, à travers une élection libre et transparente, qui respecte le véritable choix du peuple burundais.

Mais mille fois hélas, on semble loin du compte ! Car, depuis que Pierre Nkurunziza a décidé de ne pas se représenter pour un énième mandat, la victoire de son candidat était actée d’avance.

Tout est désormais accompli pour le pasteur-président

C’est pourquoi l’opposant historique et candidat malheureux Aghaton Rwasa a beau crier à la fraude et à la « manipulation » des résultats, il ne sera sûrement pas entendu ; lui qui réclamait ni plus ni moins que la victoire dès l’annonce des résultats partiels. Tout porte donc à croire que tout est désormais accompli pour le pasteur-président qui s’était déjà préparé le terrain d’une retraite dorée aux frais de la princesse.

C’est donc peu de dire que c’est une démocratie en trompe-œil que vient de connaître le Burundi. Mais avec le départ du pouvoir de Nkurunziza qui avait érigé la terreur en mode de gouvernance en s’accommodant de l’existence de milices armées comme les Imbonerakure, c’est déjà ça de gagné pour le Burundi. Et dans l’intérêt de la démocratie, on espère que son successeur saura s’affranchir de la tutelle de son mentor pour écrire l’histoire du pays autrement qu’en lettres de larmes et de sang.

C’est à ce prix que ces élections qui étaient jouées d’avance, serviront au moins à quelque chose dans ce pays longtemps tenu d’une main de fer par un illuminé qui se croyait investi d’une mission messianique et où les djinns de la violence politique peinent toujours à rentrer dans leur bouteille.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher