topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Breaking News : ARIB.INFO PASSE EN MODE VACANCES POUR LA PÉRIODE ESTIVALE : Comme chaque année, La Rédaction d'ARIB.INFO lève le pied durant les mois de juillet et août avant de redémarrer à fond début septembre. La Rédaction reste toutefois attentif à l’actualité et, comme vous pourrez le constater, ne vous laissera pas sans Info cet été. Le flux d'actus sera juste moins dense qu'à l'accoutumée. Alors restez connecté ! Toute La Rédaction en profite pour vous souhaiter d'agréables vacances. [@rib News, 05/07/2019] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
FIDH : Le Burundi vient d’inventer une sorte de « délit de reportage » Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

FIDH, 05/06/2020

COMMUNIQUÉ

BURUNDI : quatre journalistes lourdement condamnés pour avoir tenté de faire un reportage.

 La Cour d’appel de Ntahangwa (Bujumbura) a confirmé ce jour la condamnation des quatre journalistes d’Iwacu : Egide Harerimana, Christine Kamikazi, Terence Mpozenzi et Agnès Ndiribusa, en dépit d’un dossier d’accusation vide.

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme (FIDH-OMCT) dénonce une parodie de justice visant à faire taire une des dernières sources d’information indépendante au Burundi, près de quatre ans après la disparition du journaliste d’IWACU Jean Bigirimana. Les quatre journalistes, emprisonnés depuis octobre 2019, doivent être libérés immédiatement et inconditionnellement.

Aujourd’hui, la Cour d’appel de Ntahangwa (Bujumbura) a confirmé la condamnation des quatre journalistes du groupe de presse IWACU – Les Voix du Burundi, l’un des derniers médias indépendants du pays, à deux ans et demi de prison et 500 euros d’amende. L’audience en appel s’est déroulée le 6 mai dernier au sein du Tribunal de Grande Instance de Bubanza et le verdict, mis en délibéré, était attendu sous 30 jours.

Ces journalistes faisaient simplement leur métier en se rendant enquêter en octobre 2019 dans la province de Bubanza où des troubles avaient été signalés. Ils ont été arrêtés avant de faire leur travail. C’est pour avoir tenté de faire cette enquête qu’ils ont été poursuivis sous les charges ubuesques de « tentative impossible de complicité d’atteinte à la sûreté intérieure de l’État », faute d’éléments probants à charge.

« Ce verdict est un nouvel avertissement pour les derniers journalistes burundais tentant de faire leur travail, dans un pays où les journalistes internationaux ne peuvent plus se rendre depuis des années et où la plupart de la société civile est en exil. Le message distillé par cette décision est très clair : n’essayez plus de couvrir les événements hostiles au régime et de vous rendre là où le régime ne vous a pas invité. Le Burundi vient d’inventer une sorte de « délit de reportage » », dénonce Alice Mogwe, Présidente de la FIDH.

« Nous appelons les représentants diplomatiques en poste au Burundi à demander leur libération immédiate et inconditionnelle, d’autant plus que les mauvaises conditions sanitaires et la surpopulation carcérale font craindre un développement rapide du Covid-19 et une possible explosion de la situation sanitaire dans leur prison » Alice Mogwe, Présidente de la FIDH

Egide Harerimana, Christine Kamikazi, Terence Mpozenzi et Agnès Ndiribusa avaient été arrêtés le 22 octobre 2019, en compagnie de leur chauffeur, Adolphe Masabarakiza - qui a été relaxé par la suite. Ils avaient été reconnus coupables de « tentative impossible de complicité d’atteinte à la sûreté de l’État » le 30 janvier 2020 par le Tribunal de Grande Instance de Bubanza. Au moment de leur arrestation, les quatre journalistes allaient enquêter sur des affrontements qui auraient opposé les forces de sécurité burundaises à un groupe de rebelles plus tôt dans la matinée à Musigati, dans la province de Bubanza, à l’ouest du pays, à la frontière avec la République démocratique du Congo, et qui auraient fait de nombreux déplacés parmi la population civile. Bien qu’ils aient informé les autorités provinciales de leur déplacement dans le secteur, ils ont été arrêtés dès leur arrivée sur les lieux.

« Ce verdict est malheureusement à l’image du harcèlement judiciaire constant à l’égard des défenseurs des droits humains au Burundi », a ajouté Gerald Staberock, Secrétaire général de l’OMCT. « D’autres défenseurs, comme Germain Rukuki, ancien employé de l’ACAT-Burundi condamné à 32 ans de prison dont le procès en appel est en délibéré devant la Cour Suprême du Burundi et le verdict attendu d’ici la fin du mois, on encore Nestor Nibitanga de l’APRODH qui a été condamné à 5 ans de prison, sont toujours incarcérés pour avoir légitimement défendu les droits humains. Ils doivent eux aussi être immédiatement libérés », a-t-il conclu.

L’Observatoire, partenariat de la FIDH et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), a vocation à protéger les défenseurs des droits de l’Homme victimes de violations et à leur apporter une aide aussi concrète que possible. L’OMCT et la FIDH sont membres de ProtectDefenders.eu, le mécanisme de l’Union européenne pour les défenseurs des droits de l’Homme mis en œuvre par la société civile internationale.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher