topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Breaking News : ARIB.INFO PASSE EN MODE VACANCES POUR LA PÉRIODE ESTIVALE : Comme chaque année, La Rédaction d'ARIB.INFO lève le pied durant les mois de juillet et août avant de redémarrer à fond début septembre. La Rédaction reste toutefois attentif à l’actualité et, comme vous pourrez le constater, ne vous laissera pas sans Info cet été. Le flux d'actus sera juste moins dense qu'à l'accoutumée. Alors restez connecté ! Toute La Rédaction en profite pour vous souhaiter d'agréables vacances. [@rib News, 05/07/2019] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : quel pays laisse le Président Pierre Nkurunziza après sa mort soudaine ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Analyses

France Culture, 14/06/2020

La mort lundi "par arrêt cardiaque" du Président burundais n’empêche pas les questions sur les véritables causes de son décès. Pierre Nkurunziza, qui estimait son pays "protégé par Dieu", serait-il le premier chef d’État à avoir succombé au coronavirus ? Et quel héritage laisse-t-il ?

La mort de Pierre Nkurunziza a réveillé les craintes d’une nouvelle instabilité politique dans un pays qui a connu une guerre civile de 1993 à 2006 et une grave crise politique en 2015. 

Cette disparition intervenue moins d’un mois après les élections présidentielles et générales du 20 mai s’accompagne d’un climat de suspicion et de questionnements sur les causes réelles de sa mort et l’épidémie de coronavirus, totalement occultée par les dirigeants de ce pays.

Colette Braeckman est journaliste au quotidien belge Le Soir et spécialiste de la région des Grands Lacs. 

Pierre Nkurunziza qui avait incarné un pouvoir autoritaire au Burundi pendant quinze ans est mort lundi à 55 ans. L’homme, qui n’avait pas brigué de nouveau mandat lors du scrutin du 20 mai mais se réservait un rôle de "guide suprême du patriotisme", a officiellement succombé à "un arrêt cardiaque". Les Burundais se posent toutefois des questions sur les causes de son décès. En sait-on un peu plus aujourd’hui ?

En fait, on savait "sous le manteau" que le Président Nkurunziza souffrait d’une maladie incurable, probablement d’un cancer, ce qui l’avait amené à ne pas briguer un nouveau mandat. Sur cet organisme affaibli, le coronavirus s’est invité et c’est vraisemblablement la cause de son décès. Par ailleurs au Burundi, il y a toujours beaucoup de suspicions et la rumeur d’un empoisonnement avait même couru un moment car sa mort a été soudaine mais c’est une rumeur totalement invérifiable.

Si la cause de l’aggravation de son état et de sa mort s’avère être liée au  coronavirus, il est l’un des rares chefs d’état africains à avoir opté pour une position de déni total face à cette pandémie ?

Cela ajoute un côté dramatique à la situation car le Burundi a encouragé la campagne électorale en ne lésinant pas sur les meetings et les réunions publiques. Pierre Nkurunziza martelait que l’on ne devait pas s’inquiéter. Or, maintenant, c’est pratiquement toute l’élite dirigeante qui est, ou a été frappée par la maladie. Le Président sortant a disparu. Son successeur élu était à l'hôpital vendredi encore, atteint du coronavirus. Celui qui doit assurer l’intérim, le président de l’Assemblée nationale a contracté, lui aussi, la maladie. Et donc c’est toute l’élite dirigeante du Burundi qui a très peur d’avoir été contaminée.

En proclamant que "l’air du Burundi était purifié par Dieu", en encourageant ses concitoyens à aller aux meetings électoraux, à la messe et à ne pas bouder les matchs de football, le Président défunt n’a pas seulement exposé l’élite mais aussi  sa population ?

Tout à fait, toutes sortes de rassemblements politiques ou autres se sont poursuivis, de même que les compétitions sportives et les matchs de football. Les représentants de l’OMS (l’Organisation internationale de la santé) à Bujumbura qui multipliaient les mises en garde ont été expulsés, sans autre forme de procès, pour que les élections puissent se tenir "sans trouble-fête". 

Aujourd’hui, la situation sanitaire dans le pays suscite des inquiétudes. De plus, un millier de citoyens congolais qui se trouvaient au Burundi sont rentrés il y a dix jours à Bukavu, au Sud Kivu, et maintenant l’épidémie touche cette région de la RDC.

Le défunt président Nkurunziza, un évangélique "Born Again", était connu pour être un homme redoutable face à tous ceux qui s’opposaient à lui. Des centaines de milliers de Burundais ont dû fuir le pays, notamment lors de la grave crise politique de 2015 qui a fait 1 200 morts. Le Burundi est sans cesse épinglé par  les organisations de défense des droits de l’homme. 

Sur la question ethnique, ce pays voisin du Rwanda compte, lui aussi, une population hutue et tutsie. Il a connu de 1993 à 2006 une guerre civile qui a fait 300 000 morts. Aujourd’hui et après quinze ans de règne, quelle image laisse Pierre Nkurunziza en termes de réconciliation du pays ? 

Il a mis hors course les formations politiques tutsies. Des milliers de Burundais, essentiellement tutsis, 60 000 environ, se sont réfugiés au Rwanda. Pierre Nkurunziza a dirigé le pays avec son parti, le CNDD, une sorte de parti unique composé d’anciens rebelles formés en Tanzanie et ce fut essentiellement un pouvoir hutu. Ce qui est à noter dans la situation du Burundi, c’est que les Tutsis ne sont pas partie prenante dans le jeu politique actuel et que les dissensions opposent surtout les partis hutus. 

Le principal rival du vainqueur supposé de l’élection présidentielle du 20 mai est lui-même un ancien chef rebelle hutu, Agathon Rwasa, qui aurait gagné les élections. Mais le scrutin a été entaché d’irrégularités, aucun observateur étranger n’a été autorisé et malgré la contestation des résultats, c’est le candidat du parti au pouvoir qui a donc été proclamé vainqueur.

Et pourtant Evariste Ndayishimiye, le vainqueur proclamé de l’élection, n’était pas vu comme le premier choix du défunt Président mais celui d’un clan de généraux au sein du parti présidentiel ?

Oui, car le parti au pouvoir est lui-même divisé. Les "durs" du régime, que je qualifierais de composante mafieuse du parti, n’ont pas approuvé la candidature du général Ndayishimiye. Il est un des fondateurs du parti au pouvoir qui a participé à la lutte armée depuis la Tanzanie, mais un clan du pouvoir le considère aujourd’hui comme un modéré. 

Les Etats-Unis ont d’ailleurs reconnu très vite sa victoire et se sont dits prêts à travailler avec lui dans l’espoir qu’il réduise le niveau de corruption. Cela n’a pas plu à l’aile dure du régime qui le conteste. Donc la situation qui n’était déjà pas stable au lendemain des élections l’est encore moins maintenant que le coronavirus fait des ravages parmi l’élite dirigeante.

Est-ce la raison pour laquelle la cour constitutionnelle a décidé vendredi d’investir le plus rapidement possible le nouveau Président et de ne pas attendre jusqu’au 20 août comme le veut la Constitution ? 

La Constitution prévoyait que le président de l'Assemblée assure l’intérim. Le problème est que tout le monde est tombé malade, ce qui rendait les dispositions constitutionnelles difficiles à appliquer. De plus, certains au Burundi craignaient des violences, d’autant qu’à l’heure actuelle on se demande qui commande les milices ethniques "les imbonerakure". 

Le parti au pouvoir a créé, à l’image de ce que l’on a vu au Rwanda avant 1994, ces redoutables milices hutues armées. Déployées dans tout le pays, elles agissent comme des "unités de choc" et aujourd’hui on ne sait pas qui les dirige et ce qui peut se passer. Une explosion de violence est à craindre et la situation devenait inquiétante.

Par Nabila Amel

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher