topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Breaking News : ARIB.INFO PASSE EN MODE VACANCES POUR LA PÉRIODE ESTIVALE : Comme chaque année, La Rédaction d'ARIB.INFO lève le pied durant les mois de juillet et août avant de redémarrer à fond début septembre. La Rédaction reste toutefois attentif à l’actualité et, comme vous pourrez le constater, ne vous laissera pas sans Info cet été. Le flux d'actus sera juste moins dense qu'à l'accoutumée. Alors restez connecté ! Toute La Rédaction en profite pour vous souhaiter d'agréables vacances. [@rib News, 05/07/2019] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Deux ONG dénoncent la condamnation des quatre reporters d’Iwacu en Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

PANA, 10 juin 2020

Paris, France – Reporters sans frontières (RSF) et Amnesty international ont dénoncé la condamnation par la justice burundaise de quatre journalistes du média Iwacu et ont demandé au président burundais nouvellement élu de mettre fin à la répression systématique des médias et affirmant que cette condamnation porte un coup à la liberté de la presse au Burundi.

Christine Kamikazi, Agnès Ndirubusa, Térence Mpozenzi et Egide Harerimana, quatre reporters burundais d'Iwacu, l'un des derniers médias indépendants du Burundi, ont été arrêtés le 22 octobre 2019 après avoir tenté de couvrir l'attaque surprise d'un groupe de rebelles burundais basé dans l'est de la RDC et opposé au régime du Président Pierre Nkurunziza, ont été condamnés jeudi par la Cour d'appel de Bubanza, située dans le nord-ouest du Burundi.

Le tribunal a condamné les quatre journalistes à la peine de deux ans et demi de prison assortie d'une amende d'un million de francs burundais (environ 482 euros) pour "tentative de complicité d'atteinte à la sécurité de l'État" infligée en première instance le 30 janvier dernier. Les charges avaient été requalifiées, passant de "complicité" à "tentative de complicité" et le directeur du groupe de presse a annoncé son intention de porter l'affaire devant la Cour Suprême du Burundi.

"Ce délibéré est aussi consternant qu'effrayant, il ne repose sur aucun élément sérieux et il fait peser sur les journalistes souhaitant couvrir un sujet d'actualité incontournable la menace d'une longue peine de prison. C'est une nouvelle journée noire pour la presse burundaise déjà minée par des années de répression qui ont conduit à la fermeture de nombreux médias et à l'exil d'une centaine de journalistes. Nous demandons au président nouvellement élu de mettre fin à cette politique en commençant par faire libérer ces quatre journalistes qui n'ont rien à faire en prison", a déclaré Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF.

Amnesty international, quant à lui, a affirmé que la confirmation de la condamnation de quatre journalistes porte un coup à la liberté de la presse et a déploré la décision de la justice de rejeter l’appel de quatre journalistes d’Iwacu estimant que cela est à la fois décevant et injuste.

 « Ils sont incarcérés pour avoir enquêté de manière pacifique et publié des articles sur des sujets d’intérêt public. Amnesty International estime que les quatre journalistes sont des prisonniers d’opinion, qui doivent donc être libérés immédiatement et sans condition », a souligné l’ONG qui a invité les autorités burundaises à garantir la protection pleine et entière du droit à la liberté d’expression et du droit d’avoir accès à l’information, et à mettre un terme à leurs manœuvres visant à faire taire les journalistes.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher