topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Breaking News : ARIB.INFO PASSE EN MODE VACANCES POUR LA PÉRIODE ESTIVALE : Comme chaque année, La Rédaction d'ARIB.INFO lève le pied durant les mois de juillet et août avant de redémarrer à fond début septembre. La Rédaction reste toutefois attentif à l’actualité et, comme vous pourrez le constater, ne vous laissera pas sans Info cet été. Le flux d'actus sera juste moins dense qu'à l'accoutumée. Alors restez connecté ! Toute La Rédaction en profite pour vous souhaiter d'agréables vacances. [@rib News, 05/07/2019] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Élection présidentielle au Malawi : début d'un scrutin historique Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Afrique

BBC Afrique, 23 juin 2020

Un an après la victoire électorale contestée du président Peter Mutharika, annulée il y a près de cinq mois, les bureaux de vote s'ouvre ce matin au Malawi. M. Mutharika, qui souhaite un second mandat, est opposé à Lazarus Chakwera, qui dirige une coalition d'opposition.

Des preuves de falsification des votes, notamment du liquide de correction sur les feuilles de décompte, ont conduit les juges à annuler sa victoire de mai 2019 et à ordonner une nouvelle élection.

Le système judiciaire du pays a été largement salué pour sa réaction énergique.

Le Malawi est devenu la deuxième nation africaine à annuler une élection présidentielle pour cause d'irrégularités, après le Kenya en 2017.

Le pays a été amèrement divisé à l'approche des nouvelles élections de mardi, rapporte Emmanuel Igunza de la BBC.

Des manifestations antigouvernementales et des violences généralisées ont menacé de plonger le Malawi dans une crise encore plus profonde.

Celui qui remportera les élections devra apaiser ces profondes divisions et s'attaquer à des problèmes électoraux clés tels que la corruption, la pauvreté et le chômage.

Pourquoi y a-t-il un nouveau vote ?

La Cour constitutionnelle du Malawi a ordonné la tenue d'un nouveau scrutin en mai 2019, après que les juges ont constaté de nombreuses irrégularités par rapport au bulletin de vote initial.

Le président Mutharika a été réélu de justesse, avec moins de 159 000 voix et 38,6 % des suffrages. M. Chakwera est arrivé deuxième avec 35,4 % des voix.

M. Chakwera et le candidat qui est arrivé troisième ont estimé que l'élection n'avait pas été équitable.

Ils ont notamment soutenu que les formulaires de décompte des votes avaient été mal additionnés et falsifiés à l'aide d'un liquide correcteur - connu au Malawi sous la marque Tipp-Ex.

L'incertitude entourant le résultat a déclenché des mois de tension et de protestations, qui se sont transformés en affrontements entre les partisans de l'opposition et la police dans tout le pays.

La décision d'annuler l'élection prise en février en a amené certains à se réjouir, mais M. Mutharika l'a décrite comme une "grave subversion de la justice" qui marque la mort de la démocratie du pays.

Le mois dernier, l'ancienne présidente de la commission électorale du Malawi, Jane Ansah, a démissionné après des mois de pressions exercées par des manifestants qui critiquaient sa gestion du scrutin.

Le nouveau vote intervient à un moment où la tension entre le gouvernement et les tribunaux du pays ne cesse de croître.

Des inquiétudes ont également été exprimées quant à la logistique et à la sécurité de la tenue d'une élection au beau milieu de la pandémie mondiale de coronavirus.

Qui sont les candidats ?

Le président et son parti démocrate progressiste (DPP) ont conclu une alliance avec un autre parti, le Front démocratique uni (UDF).

"Si vous me donnez un autre mandat de cinq ans, ce pays se développera comme l'Afrique du Sud ou Singapour, Londres, l'Amérique ou le Canada", a déclaré le président Mutharika lors d'un rassemblement de campagne dans la capitale, Lilongwe, la semaine dernière.

M. Mutharika, un ancien professeur de droit qui a enseigné aux États-Unis avant de devenir ministre, a été élu pour la première fois à la tête du Malawi en 2014. Deux ans plus tôt, son frère, Bingu wa Mutharika, était décédé alors qu'il était président.

Il doit faire face à la concurrence de Lazarus Chakwera, un ancien ecclésiastique qui dirige le parti d'opposition, le Malawi Congress Party (MCP).

Fils d'agriculteur, M. Chakwera est né à Lilongwe. Diplômé en philosophie et en théologie, il s'est engagé à augmenter le salaire minimum national, entre autres changements.

Lazarus Chakwera dirige une coalition d'opposition de neuf partis, l'Alliance Tonse, et a le soutien de l'ancien président Joyce Banda ainsi que du vice-président du pays, Saulos Chilima, en tant que colistier.

M. Chilima - qui a terminé troisième lors du vote de 2019 - était autrefois un allié du président Mutharika, mais s'est depuis lors brouillé avec lui.

Le vice-président a essayé de rassurer le public en déclarant que le résultat ne serait pas une répétition des controverses de la dernière fois.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher