topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le rêve et la réalité de l’emploi des jeunes au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

PANA, 15 septembre 2020

Bujumbura, Burundi - On se croirait en pleine ambiance électorale en observant les files d’attente interminables de jeunes diplômés sans emploi devant les bureaux d’enregistrement officiellement ouverts le 12 septembre dernier à Bujumbura, la capitale économique du Burundi, et à l’intérieur du pays.

Les candidats éligibles à la demande d’emploi vont du détenteur d’un simple certificat de la 9ème année post-fondamentale à l’universitaire le plus titré, ne dépassant toutefois pas la quarantaine d’âge.

L’opération devait durer du 12 au 14 septembre avant d’être prolongée "jusqu’à nouvel ordre", face au flot continu de candidats au premier emploi devant les bureaux d’enregistrement géomatique. 

Au cours de ces trois derniers jours, près de 250.000 jeunes se sont manifestés et ont reçu des inscriptions, indique-t-on du côté du ministère burundais de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique qui pilote l’opération.

Certains dans l’opinion se demandent si l’opération ne s’arrêtera pas à l’effet d’annonce des promesses électorales des nouvelles autorités du Burundi.

Aucune indication de budget n’est à ce jour disponible pour mettre en œuvre cette nouvelle politique d’emploi des jeunes, représentant autour de 65 pc de la population burundaise, selon les données officielles.

Sur le papier, le Burundi dispose d’une ambitieuse politique visant la réduction du chômage, notamment celui des diplômés, l’accroissement de l’employabilité des jeunes sortant du système scolaire et la mise à jour des compétences requises par la formation continue.

Cette politique se situe dans le sillage d’une stratégie énoncée depuis 2014, dans la Vision Burundi 2025.

La vision ambitionne de réduire le taux de pauvreté de 40 pc, le sous-emploi de 20 pc et le taux de chômage réel (y inclus les formes de sous-emploi correspondant en réalité à des conditions de chômage) de 10 pc, à l’horizon 2025.

La même vision prévoit la création, à moyen terme, de fonds d’appui au développement du secteur privé (fonds de garantie et d’accompagnement des petites et moyennes entreprises, fonds national pour le financement des jeunes créateurs d’emploi).

D’un autre côté, la vision table sur des efforts conjugués entre les micro-finances et les banques commerciales, permettant d’offrir au public des produits différemment ciblés et accessibles pour le financement à long terme des micro, petites et moyennes entreprises des secteurs formel et informel, ainsi que pour de grandes entreprises privées.

A l’horizon 2025, il est encore question de réduire le taux de pauvreté à moins de 30 pc et le taux de chômage réel à moins de 5 pc (taux frictionnel correspondant au plein emploi).

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher