topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]

Burundi : la situation des droits de l’homme reste préoccupante (ONU) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

@rib News17/09/2020 - Source Agence Anadolu

-Le rapport final de la Commission d'enquête sur le Burundi sera présenté au Conseil des droits de l’homme le 23 septembre.

Au Burundi, "les réorientations politiques, les nominations et les déclarations publiques du nouveau gouvernement s’avèrent plus préoccupantes et alarmantes que prometteuses", a déclaré Doudou Diène, président de la commission d’enquête de l’ONU sur le Burundi.

Diène s'exprimait jeudi, lors de la publication du quatrième rapport sur le Burundi, au siège des Nations unies à Genève.

"Nous constatons peu de changements positifs depuis l’entrée en fonction du Président Ndayishimiye", a-t- affirmé.

"L’espace démocratique reste très restreint, l’impunité persiste et rien n’indique que le niveau des violations des droits de l’homme ait diminué sous le nouveau Gouvernement », a-t-il souligné, déplorant que certaines personnes soumises à des sanctions internationales pour leur responsabilité présumée dans des violations des droits de l’homme en 2015 ont plutôt été nommées à des hauts postes de responsabilité administrative.

La sortie de ce rapport intervient à presque trois mois de l’investiture anticipée du président Evariste Ndayishimiye, le 18 juin.

Annonçant que le rapport final de la Commission sera présenté au Conseil des droits de l’homme le 23 septembre, Diène a signalé que ce document fait état de graves violations des droits de l’homme commises dans le contexte des élections de 2020, y compris des exécutions sommaires, des détentions et arrestations arbitraires, des tortures et des violences sexuelles.

Il a ajouté, en outre, qu’avec plus de la moitié de la population jeune avec moins de 18 ans, les enquêteurs se sont également penchés sur les graves violations visant des enfants et des adolescents.

"Nous craignons fortement les conséquences de 2015 sur l’avenir du Burundi, ne serait-ce qu’en raison de son impact à long terme sur les enfants", a déclaré Lucy Asuagbor, experte onusienne lors de la même conférence.

D’après elle, la mise à jour de l’analyse des facteurs de risque d’une nouvelle détérioration de la situation des droits de l’homme a révélé que les huit facteurs de risque communs sont toujours présents.

Créée en septembre 2016, pour enquêter sur les violations des droits humains et les abus commis au Burundi depuis la crise de 2015 née des contestations contre le 3ème mandat du président Nkurunziza, cette commission a produit, depuis 2017, plusieurs rapports concluant que des crimes contre l’humanité ont été commis.

Depuis 2017, le mandat de cette commission a été, à chaque fois, prorogé d’une année.

Cinquante organisations de la société civile, proche du pouvoir, se sont opposées, dans une déclaration conjointe publiée mercredi, à une probable prorogation d’une année du mandat de cette commission.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher