topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire] 
HRW : « le prix à payer lorsque l’on dénonce les abus au Burundi » Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

Human Rights Watch, 13 octobre 2020

Les poursuites à l’encontre d’un ancien député remettent en question les espoirs de réforme au Burundi

Les autorités devraient mettre fin à toutes les accusations pénales et détentions abusives

L’espoir de voir un nouveau président renverser le cycle répressif au Burundi semble de plus en plus mince. 

La décision des autorités judiciaires burundaises de poursuivre un ancien membre du parlement indépendant – connu pour être un fervent défenseur des droits humains – vient s’ajouter à une série de signes préoccupants. Fabien Banciryanino, qui représentait la province de Bubanza avant les élections de cette année, est mis en examen pour atteinte à la sécurité de l’État, dénonciation calomnieuse et rébellion.

Le 2 octobre, un fonctionnaire administratif local et une dizaine de policiers ont mis fin à une conférence de presse au domicile de Fabien Banciryanino à Bujumbura et lui ont ordonné de se présenter à un centre de détention de la police connu sous le nom de Bureau spécial de recherche. Le 8 octobre, un juge de la cour d’appel de Ntahangwa a rejeté sa demande de libération provisoire et l’a officiellement placé en état d’arrestation. Il a été transféré à Mpimba, la prison centrale de Bujumbura, où il aurait été contraint de rester sous le soleil pendant au moins une heure en dépit de sa santé fragile, en guise de « punition ».

En février, Fabien Banciryanino a voté contre une loi qui visait à donner au président de l’époque Pierre Nkurunziza le titre officiel de « Guide suprême du patriotisme ». Il a fait valoir qu’« il y a eu de nombreux meurtres ; des corps ont été jetés dans les rivières tandis que d’autres ont été enterrés après avoir été mutilés... [Pierre Nkurunziza] pourrait plutôt être traduit en justice ». Le 7 octobre, Fabien Banciryanino a adressé un courrier à la Commission nationale indépendante des droits de l’homme (CNIDH) avançant qu’il était poursuivi pour ses prises de parole au Parlement protégées par la Constitution.

Des poursuites à l’encontre de Fabien Banciryanino pour avoir appelé à ce que justice soit rendue pour les atteintes aux droits humains violeraient son droit à la liberté d’expression. Les procureurs devraient présenter des preuves irréfutables reliant les actes ou les déclarations de Fabien Banciryanino aux accusations graves dont il fait l’objet et justifiant sa détention ou devraient le libérer sans condition. Dans le cas contraire, cette arrestation enverra un message délibérément glaçant aux politiciens tous azimuts.

Le nouveau président du Burundi, Évariste Ndayishimiye, a prêté serment en juin après des élections contestées et après le décès inattendu de l’ancien président Pierre Nkurunziza plus tôt ce mois-là. Depuis lors, la société civile burundaise a documenté près de 200 meurtres. La semaine dernière, le Burundi a rejeté la décision du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies de renouveler le mandat de la Commission d’enquête des Nations Unies sur le Burundi, jugeant la décision politisée.

L’arrestation de Fabien Banciryanino montre de manière saisissante le prix à payer lorsque l’on dénonce les abus au Burundi. Il est évident qu’une surveillance internationale est plus que jamais nécessaire.

Lewis Mudge

Directeur, Afrique centrale

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher