topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire] 
Des journalistes burundais encore refugiés au Rwanda Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sécurité

Deutsche Welle, 14.10.2020

Certains réfugiés burundais ne veulent pas rentrer car, selon eux, la situation politique n'a pas changé. C'est le cas des journalistes burundais de la radio internet Radio Inzamba.

Fin août dernier, un premier groupe de 2.600 Burundais réfugiés au Rwanda depuis avril 2015 est rentré dans son pays, grâce à la coopération de l'Agence des Nations unies pour les réfugiés.

Selon le ministère rwandais chargé des réfugiés, plus de 11.000 autres se sont fait inscrire pour retourner au Burundi. Mais d'autres ne veulent pas rentrer car, selon eux,la situation politique n'a pas changé. C'est par exemple le cas des journalistes burundais de la Radio Inzamba, créée en Juillet 2015, qui diffuse des programmes critiques vis-à-vis du pouvoir burundais. 

Chaque jour, du lundi au samedi, entre 17h et 18h, Frank Kaze et ses autres collègues journalistes se succèdent aux micros de la Radio Inzamba Agateka Kawe, une radio en exil qui informe principalement sur l'actualité burundaise.

A l'aide de l'application Facebook live, le journal peut être suivi en direct sur le réseau social.

"Rentrer, c'est se suicider"

Différents aspects de la vie politique du pays sont abordés chaque jour et Désiré Hatungimana, le rédacteur en chef de la radio Inzamba, est très clair sur ce point : pour lui ce serait trop dangereux de retourner au Burundi.

''On continue d'emprisonner les journalistes, de fermer les radios étrangères. Et si on se réfère à ce qu'il s'est passé quand on était au pays, quand nos médias ont été brulés, eh bien rien n'a changé. Alors oser rentrer, c'est se suicider. ''

Bella Gloria Akintore est une autre journaliste, présentatrice du journal en Kirundi. En 2015, elle travaillait pour la radio Isanganiro, accusée par le pouvoir burundais d'avoir diffusé un message sur le coup d'Etat manqué.

''Tu t'es mise dans l'opposition''

Parmi les raisons qui la poussent à ne pas rentrer chez elle, il y a les commentaires des auditeurs qui l'accusent de vouloir nuire au Burundi.

''Tu vois, quand je présente le journal, il y a des commentaires qui disent : toi tu es toujours jeune, pourquoi t'es-tu rangée avec les putschistes, avec des gens qui sont contre le pouvoir ? Tu t'es mise dans l'opposition.''

Selon Désiré Hatungimana, le rédacteur en chef, ses collègues seraient arrêtés s'ils rentraient au Burundi

''Nous avons l'information selon laquelle les noms des journalistes burundais qui sont à l'étranger sont affichés presque partout dans les bureaux des hauts gradés, à la police de l'air et des frontières. A la frontière, il y a des listes.''

Toujours la peur au ventre

Les familles de ces journalistes, en l'occurrence celle de Bella Gloria, sont également conscientes du sort que leur réserverait le pouvoir burundais, une fois rentrés.

''Le feedback de ma famille c'est qu'ils me disent non, reste là, je ne veux pas que tu rentres parce que je n'aimerais pas te voir violée, je ne veux pas te voir torturée, je ne veux pas te voir comme un cadavre qui se balade dans la rue.''

Entre temps, le camp de Mahama dans l'est du Rwanda se vide doucement et à ce jour, seuls 2.600 réfugiés sont rentrés, parmi les plus de 70.000 qu'héberge le Rwanda.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher