topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Les 44 martyrs de la fraternité au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Société

La Croix Africa, 15 janvier 2021

La Croix Africa revisite un pan de l’histoire de l’Église du Burundi marquée par le martyre de 44 catholiques entre 1972 et 1997.

Les faits se sont déroulés entre 1972 et 1997. Quarante-quatre personnes – 40 séminaristes et un prêtre de nationalité burundaise, deux missionnaires et une volontaire, tous trois de nationalité italienne – ont perdu la vie en raison de leur foi chrétienne.

Le 30 avril 1997, en pleine guerre civile burundaise – marquée par un conflit ethnique opposant les Hutus aux Tutsis entre 1993-2005 – le petit séminaire de Buta, dans le sud du Burundi, est attaqué par une bande de rebelles. Selon plusieurs témoignages, il s’agirait de membres du Conseil national pour la défense de la démocratie (Cndd), une milice hutue.

Ayant surpris les séminaristes dans leur sommeil, ils leur demandent de se séparer, les Hutus d’un côté et les Tutsis de l’autre. Leur but était de ne tuer que les Tutsis. Mais les enfants refusent d’obtempérer.

Les assaillants furieux massacrent la quarantaine de séminaristes avec des fusils et des grenades. Au cours de cette attaque, certains séminaristes chantent des psaumes et d’autres répètent: «Pardonne-leur Seigneur, car ils ne savent ce qu’ils font.» Les séminaristes sont, en outre, restés solidaires jusquau bout: certains dentre eux ont perdu la vie en venant en aide aux toutes premières victimes.

Ils étaient originaires des diocèses de Bururi (sud-ouest), Bujumbura, la capitale, Ruyigi (est) et Gitega (centre). D’après les témoignages, avant leur assassinat, ils venaient de suivre une retraite spirituelle qui les avait complètement transfigurés.

Le père Kayoya et les martyrs italiens

Les autres martyrs ont été tués dans des régions et à des dates différentes. Le père Michel Kayoya, prêtre burundais, poète et philosophe de 38 ans a été tué à Gitega – au centre du Burundi – le 17 mai 1972. Célèbre et charismatique, il a été arrêté et détenu par une bande armée en même temps que d’autres prêtres et des laïcs. Il est allé à la mort en chantant les psaumes et le Magnificat.

Les pères Ottorino Maule et Aldo Marchiol et la bénévole laïque Catina Gubert ont été tués à Buyengero, dans le sud-ouest, le 30 septembre 1995. Les missionnaires avaient été forcés à s’agenouiller puis tués d’une balle dans la tête. Catina avait, quant à elle, reçu une balle dans la poitrine.

Le 21 juin 2019, a été ouverte la première étape de la canonisation de ces 44 martyrs, la phase diocésaine. À l’occasion de ce premier procès en canonisation dans leur pays, les évêques burundais ont tenu, dans leur message, à célébrer «un groupe des personnes qui, au nom de Jésus, ont offert leurs vies pour montrer que notre fraternité dans le Christ est plus importante que l’appartenance à un groupe ethnique».

Lucie Sarr

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher