topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Génocide au Rwanda : un rapport accable la France de François Mitterrand Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Afrique

BBC Afrique, 26 mars 2021

Génocide rwandais : la France "est demeurée aveugle face à la préparation" du génocide, selon un rapport

La France porte des "responsabilités lourdes et accablantes" dans le génocide rwandais de 1994, affirme un rapport d'historiens français, mais ils n'ont trouvé aucune preuve de complicité française.

La commission d'experts a présenté son rapport au président français Emmanuel Macron. Le rapport indique que la France a été "aveugle" aux préparatifs du génocide.

Au moins 800 000 personnes sont mortes lorsque les extrémistes de l'ethnie hutue ont massacré les Tutsis minoritaires et les Hutus modérés. L'équipe a étudié les dossiers officiels français.

La publication du rapport pourrait contribuer à apaiser les tensions franco-rwandaises, le Rwanda accusant depuis longtemps la France de complicité.

Une élite hutue dirigeait le Rwanda lorsque le génocide a eu lieu, en avril-juin 1994, mais elle a ensuite été évincée par le Front patriotique rwandais (FPR) dirigé par les Tutsis, sous la direction de Paul Kagame, aujourd'hui président.

Le rapport reproche au président français de l'époque, François Mitterrand, l'"échec" de sa politique à l'égard du Rwanda en 1994. Les conclusions sont rendues publiques après des années de secret officiel français sur les liens avec les Hutus qui ont gouverné le Rwanda.

Le président Macron a nommé la commission de 15 membres il y a deux ans, leur donnant accès aux archives présidentielles, diplomatiques, militaires et de renseignement.

Parmi ces archives figurent celles de Mitterrand, qui entretenait des liens étroits avec l'ancien président rwandais Juvénal Habyarimana, un Hutu.

Le génocide a été déclenché par la chute, le 6 avril 1994, d'un avion transportant Habyarimana et son homologue burundais Cyprien Ntaryamira, un compatriote hutu.

Les membres de la commission ne sont pas des spécialistes du Rwanda - c'était un choix délibéré pour garantir leur neutralité, rapporte l'agence de presse AFP. Ils comprennent des experts de l'Holocauste, des massacres d'Arméniens pendant la Première Guerre mondiale et du droit pénal international. Ils sont dirigés par l'historien Vincent Duclert.

Le 22 juin 1994, les Nations unies autorisent le déploiement de forces françaises dans le sud-ouest du Rwanda, dans le cadre de l'opération Turquoise.

Cette mission a été controversée : la zone humanitaire française a sauvé certaines victimes potentielles des tueurs génocidaires, mais par la suite, des accusations ont été formulées selon lesquelles l'aide française était arrivée trop tard et que certains tueurs avaient réussi à se cacher dans la zone.

En 2015, le président de l'époque, François Hollande, a annoncé que les archives du Rwanda seraient déclassifiées, mais deux ans plus tard, après qu'un chercheur a demandé l'autorisation de les étudier, le Conseil constitutionnel français a décidé qu'elles devaient rester secrètes.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher