topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le Burundi va organiser "une comédie tenant lieu de présidentielle" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Analyses

L'Observateur Paalga, 24 juin 2010

Présidentielle au Burundi - Où est donc passé Agathon Rwasa ?

“Pourquoi alors un scrutin ?” demandions-nous dans le regard sur l’actualité au sujet de la présidentielle au Burundi, dans notre livraison du mercredi 9 juin. Une question qui se justifiait, vu que Pierre Nkurunziza, le président sortant, est le seul en lice après le retrait de tous les autres candidats. En jetant l’éponge, ceux-ci ont refusé d’être, disent-ils, “des cautions démocratiques d’un processus électoral qui n’a plus de sens”.

Et une des pommes de discorde, ce sont les résultats des communales du  24 mai, caractérisées, selon l’opposition, par “des fraudes massives orchestrées par le parti au pouvoir”. Cette situation plongeait déjà le pays dans un imbroglio institutionnalo-constitutionnel à la lumière des accords d’Arusha, partie intégrante de la loi fondamentale, qui exigent un parfait dosage au sein des institutions républicaines entre les Hutu et les Tutsi. Avec une armée en crise et un front social assez mouvementé, le Burundi s’apprête donc à organiser, le 28 juin prochain, une comédie tenant lieu de présidentielle.

Et cela ne semblait pas émouvoir le professeur d’éducation devenu président, qui tient, contre vents et marée, à garder sa chose. C’est dans un tel contexte, qui met le pays dans l’incertitude, que le chef de l’ex-rébellion hutu des Forces nationales de libération (FNL), Agathon Rwasa s’est évanoui dans la nature mercredi dernier, partant de Bujumbura pour une destination inconnue. Même les responsables de son parti ne semblent pas pouvoir donner les raisons de ce départ ni même dire où leur leader se cache.

Il aurait voulu provoquer une panique dans son pays avec des risques réels de reprise de la guerre civile que l’ex-maquisard ne s’y serait pas pris autrement. Caché quelque part, il réussira à s’entourer d’un mythe avec une capacité de nuisance certaine. Sachant que rien ne vaut la paix et que le retour de la guerre civile est une honte pour l’humanité, c’est le moment ou jamais de commencer à se retrouver autour d’une table de négociations. L’opposition, aussi bien que le pouvoir en place, a tout à y gagner en évitant ainsi un deuxième supplice au peuple burundais.

La communauté internationale avec les Nations unies en tête doit s’impliquer sérieusement et avec fermeté dans cette crise pour que le monstre ne se réveille plus. Nos pays ne sont pas condamnés à des guerres intestines qui annihilent les efforts de développement. La haine, la violence, l’intolérance et l’égoïsme, il nous faut les bannir au nom de l’amour de Dieu et du droit des peuples à une vie paisible.

Abdou Karim Sawadogo

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher