topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Pour le fil complet des informations : Cliquez sur « Toute l’actualité » [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Me Armel Niyongere fait le point sur la situation au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

Franceinfo, 23/11/2021

Burundi : "On ne peut pas vivre dans un climat de peur et d’impunité", souligne le défenseur des droits de l'Homme Armel Niyongere

Les Etats-Unis ont levé la semaine dernière les sanctions imposées au pays depuis 2015.

Me Armel Niyongere, avocat et défenseur des droits humains au Burundi, a reçu le 18 novembre 2021 à Paris le prix Engel-Du Tertre décerné par la Fondation-ACAT,  pour son engagement en faveur des droits de l'Homme dans son pays. Une action qu’il mène depuis six ans à partir de l'étranger. Il fait le point sur la situation au Burundi à compter de l’arrivée au pouvoir, en juin 2020, d’un nouveau président, Evariste Ndayishimiye.

La répression continue

Conflits, divisions ethniques, guerre civile (1996 à 2006)... le Burundi, petit pays d’Afrique de l’Est, a traversé de nombreuses épreuves avant de retrouver une paix relative. Si globalement les armes se sont tues, de nombreux Burundais continuent de vivre dans un climat malsain où règnent l’intimidation et la peur, comme le souligne Armel Niyongere. L’avocat et défenseur des droits de l'Homme a dû fuir son pays où il a été plusieurs fois menacé. Il ne renonce pas pour autant à son action et continue de dénoncer les violations des droits humains. Le dernier rapport publié par son association ACAT est éloquent. 

"Durant les 15 derniers mois, il y eu 695 assassinats, 15 exécutions extra-judiciaires, 67 enlèvements, 103 cas de torture et plus de 1000 cas d'arrestations arbitraires."

La levée des sanctions américaines

Et pourtant, les Etats-Unis ont annoncé récemment la levée des sanctions imposées depuis 2015 au Burundi dirigé alors par le président Nkurunziza qui avait verrouillé le pays. Contrairement à l'Union européenne qui a maintenu ses restrictions, Washington estime que la situation a changé avec l'élection d'Evariste Ndayishimiye en mai 2020. Un changement tout relatif selon Armel Niyongere qui n'est pas hostile à la levée des sanctions américaines. Il refuse en revanche de tourner la page très vite. Pour lui, le président a bien commencé son mandat avec un beau discours et de belles paroles, mais cela ne suffit pas.

"Il y a des crimes qui ont été commis et qui devraient être punis. On ne peut pas fermer les yeux et attendre que ça passe. Il faut une volonté politique et des actions pour en finir avec l’impunité."

"Nous ne lâcherons rien"

L'avocat burundais souligne que la justice fonctionne mal au Burundi en raison de la corruption endémique. Le président Evariste Ndayishimiye avait lui-même violemment critiqué en août dernier l'institution judiciaire, dont la corruption est "une honte". Seulement voilà, rien n’est fait pour que les choses changent et les interférences politiques empêchent que la justice fasse son travail en toute indépendance, comme le précise le chef de l’association Acat-Burundi.

Armel Niyongere veut croire en des lendemains meilleurs pour son pays et souhaite ardemment le voir sortir de l’isolement. Et c'est pour cela, dit-il, qu'il insiste sur l'arrêt de l'impunité et la mise en place d'un Etat de droits. "Nous ne lâcherons rien", dit-il, en demandant aux partenaires du Burundi d'être exigeants et vigilants afin d'aider le pays à retrouver un climat serein et une situation stable.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher