topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Pour le fil complet des informations : Cliquez sur « Toute l’actualité » [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Au Burundi, les ONG inquiètes après la reprise de l'aide budgétaire européenne Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

RFI, 11/02/2022

Cette mesure pressentie depuis plusieurs semaines a été officialisée le mardi 8 février 2022, mais les organisations de défense des droits humains soulignent les exactions persistantes dans le pays. Les proches du pouvoir mettent l'accent sur les besoins économiques du pays.

 

Les principales organisations internationales de défense des droits de l'homme ne cachent pas leur mécontentement, après la décision de l'Union européenne annoncée mardi de lever immédiatement les sanctions budgétaires qui avaient été prises contre le gouvernement burundais depuis 2016. Une dizaine d'ONG burundaises en exil qui ont fustigé dans un communiqué commun une décision prise en fermant les yeux devant les violations qui continuent de se commettre dans le pays.

Me Dieudonné Bashirahishize, est l'un de ses signataires : « Il y a toujours des enlèvements et des disparitions forcées qui sont signalés, des cadavres qui sont trouvés. L’espace politique n’est pas ouvert. Des opposants sont toujours persécutés. Des gens sont condamnés à perpétuité, simplement parce qu’ils se sont exprimés contre la politique d’un régime. Il y a des médias qui ont été détruits, des journalistes toujours en exil, plus de 300 000 Burundais obligés de rester en exil, parce que les causes de leur fuite sont encore là. Nous estimons que l’arrivée de ces sanctions n’est pas en phase avec les valeurs de l’Union européenne. Nous espérons que la situation continuera à être évaluée et que l’Union européenne pourra peut-être aussi faire pression, pour que le gouvernement cesse ces violations qui continuent, malgré le changement de discours. »

Autre son de cloche de la Ligue des droits de l'homme Izere, réputée proche du parti au pouvoir au Burundi. Elle se félicite de voir l'UE mettre fin à des « sanctions prises injustement contre le Burundi », rappelant combien le pays a un besoin urgent de cette aide européenne.

Son président François-Xavier Ndaruzaniye, rappelle que le président actuel Évariste Ndayishimiye veut changer les choses. « Nous espérons que l’Union européenne ne va ménager aucun effort, pour pouvoir effectivement financer, appuyer le Burundi, surtout dans les secteurs économiques. Concernant les organisations internationales de défense des droits de l’homme, qui aujourd’hui se sentent mal à l’aise, parce que l’Union européenne a enlevé ses sanctions, principalement, il faut d’abord voir le contexte politico-social burundais. Nous avons un président qui a une volonté manifeste de pouvoir mettre fin à l’impunité. La deuxième chose qu’il ne faut pas oublier, c’est cette volonté d’ouvrir encore une fois le Burundi sur la scène internationale. Nous sommes satisfaits qu’il n’y ait pas sur le terrain des disparitions forcées, qui sont causées par les autorités, tel que relaté par ces autres personnes qui ne sont pas sur le terrain, autrement dit, Human Rights Watch, etc. », explique François-Xavier Ndaruzaniye.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher