topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
"Nous devons privilégier le débat" (Domitien Ndayizeye) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Afrique

Deutsche Welle, 16.02.2022

Domitien Ndayizeye répond aux questions d'Antéditeste Niragira, le correspondant de la DW à Bujumbura.

Domitien Ndayizeye représentant de l'Afrique centrale au sein du groupe des sages de l'organisation de l'UA s'exprime sur la situation socio-politique et sécuritaire du continent.

L'ancien président burundais Domitien Ndayizeye a été élu lors du dernier sommet de l'Union africaine pour représenter l'Afrique centrale au sein du groupe des sages de l'UA. Dans cette interview accordée à la DW  il expose sa lecture des conflits quasi permanents sur le continent et les voies possibles de sortie pour ramener la paix et la sécurité.

Ce n'est pas un groupe de décision, c'est un groupe consultatif.  Notre rôle c'est d'observer, de nous renseigner, de donner des avis et considération. De donner des conseils à l'endroit du président de l'UA, du président de la Commission de l'UA. Des conseils que nous donnerons également aux différents chefs d'Etat.

DW: La plupart des conflits qui sont en Afrique sont des conflits asymétriques qui souvent opposent des armées nationales et internationales à des groupes armés rebelles, terroristes ou djihadistes. Comment pensez-vous que les Etats africains vont pouvoir venir à bout de ces groupes qui prolifèrent en Afrique.

La stabilité d'un pays est tributaire de la manière dont le pays est géré. La manière dont les dirigeants arrivent au pouvoir, la manière dont ils gèrent le pouvoir, la manière dont la population accueille les fruits de cette direction. C'est pour cela que l'ensemble du monde a adopté le principe de la démocratie qui est un système de consultation populaire mais aussi de compétition. L'avis qui est adopté par la majorité s'impose à tout le reste. C'est le revers de la médaille. Cela devient une dictature à l'endroit de ceux qui n'avait pas ce programme adopté par l'ensemble de toute la population. Mais je crois que c'est le meilleur choix plutôt que de s'orienter vers la confrontation des armes. Nous devons privilégier le débat. Je crois que c'est à ce niveau que l'Afrique doit faire des éfforts. 

DW:  Que pensez-vous des coups d'Etat qui se sont multipliés en Afrique ces dix huit derniers mois?

Je crois qu'il faut faire une approche focalisée sur chaque pays. Les raisons ne sont pas les même. Mais même ce qu'on constate, c'est qu'il y a une certaine intolérance, peut être une incompréhension d'un autre côté ou une déception. Mais s'il y a une déception si nous devons réagir par les armes, par les coups d'Etat, pour moi ce n'est pas une solution. Quand on n'est pas content, il faut passer par une structure politique. Pour pouvoir changer un régime cela demande de la patience. Les gens qui ont des armes ne sont géneralement pas patients.

Domitien Ndayizeye revient également sur la nécessité des Etats africains de se renforcer, pour être moins dépendant des partenaires extérieurs. 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher