topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le FMI conclut les consultations de 2022 au titre de l’article IV avec le Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

FMI, 21 juillet 2022

Le Conseil d’Administration du FMI conclut les consultations de 2022 au titre de l’article IV avec le Burundi

Washington: Le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a conclu le 20 juillet 2022 les consultations de 2022 au titre de l’article IV avec le Burundi.

L’économie du Burundi continue de faire face aux vents contraires que représentent la pandémie de COVID-19 et les effets de la guerre en Ukraine. Avant la pandémie, le pays se relevait d’une crise économique et politique consécutive à la décision en 2015 du défunt président Nkurunziza de briguer un troisième mandat.

La guerre en Ukraine a interrompu ce redressement, ayant induit une hausse des prix à l’importation (denrées alimentaires et carburants) et une baisse des prix à l’exportation (thé et café), ainsi que des difficultés de chaîne d’approvisionnement qui ont amplifié les pressions inflationnistes et les défis de viabilité externe.

Cependant, le pays bénéficie en parallèle des effets positifs de la reprise de sa coopération avec la communauté internationale, de la levée des sanctions de l’Union européenne et des États-Unis en fin 2021/début 2022 et de la fin des rapports spécifiques par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Avec les consultations de 2022 au titre de l’article IV, le Burundi renoue pleinement sa collaboration avec le FMI ; les dernières consultations remontent à 2014.

La croissance devrait se raffermir pour atteindre 3,3 % en 2022, soit une légère hausse par rapport au taux de 3,1 % enregistré en 2021, et s’établir à environ 4,7 % en moyenne sur la période 2023–27 (tableau 1), grâce aux investissements actuels, aux plans visant à accroître d’avantage les investissements publics et aux réformes en cours dans le cadre du Plan National de Développement (PND).

Les risques de ralentissement sont appréciables et découlent de l’incertitude quant à la durée et à l’ampleur de la pandémie et des effets de la guerre en Ukraine. Toutefois, ces risques sont en partie compensés par des possibilités d’accélération substantielles, qui sont liées à l’annonce récente de dons pour aider le Burundi à faire face aux chocs extérieurs, à la pleine reprise de la coopération avec la communauté internationale et à la fin des négociations sur les contrats miniers.

Ces éléments devraient atténuer les pressions sur la balance des paiements et stimuler la croissance économique. L’inflation devrait dépasser la barre des 10 % en 2022, puis diminuer. Le déficit budgétaire se stabiliserait autour de 5 % du PIB au cours de l’exercice 2021/22, un niveau inférieur à celui enregistré au pic de la pandémie (7,8 % du PIB lors de l’exercice 2020/21).

La dette publique du Burundi est soutenable, toutefois le risque de surendettement extérieur est considérable. Les déséquilibres extérieurs sont de taille, le taux de couverture des réserves est inférieur à la norme et la prime du marché de change parallèle est élevée.

Évaluation par le Conseil d’Administration

Les administrateurs ont exprimé leur accord sur l'orientation de l'évaluation faite par le personnel du FMI. Ils saluent la réponse de politiques macroéconomiques des autorités à la pandémie de COVID-19 et les mesures prises pour faire face aux retombées de la guerre en Ukraine, y compris les pressions inflationnistes. Les administrateurs ont souligné que la croissance devrait continuer à se renforcer, assujettie à des risques importants.

Ils ont souligné la nécessité d'un ensemble de politiques ambitieuses et diverses pour faire face aux vulnérabilités de la dette et aux déséquilibres extérieurs, ainsi que de réformes pour remédier aux racines de la fragilité, débloquer les goulots d'étranglement et assurer une croissance inclusive. Les administrateurs attirent l’attention sur l'importance d'une stabilité politique et sociale durable et saluent les efforts des autorités en vue de renouer avec la communauté internationale.

Les Administrateurs saluent l'engagement du Burundi pour un assainissement budgétaire axé sur les recettes et pour une politique d’emprunt prudente, notant que la dette reste soutenable avec, cependant, un risque de surendettement extérieur élevé. Ils ont souligné la nécessité de booster la mobilisation des recettes intérieures grâce à la numérisation et à des mesures visant à élargir l'assiette fiscale. Les administrateurs se sont félicités de l'accent mis sur la protection des dépenses prioritaires d’investissements et sociales liées à la COVID-19, notamment en matière de santé et d'éducation. Ils ont souligné l'importance de rationaliser les dépenses et de renforcer la gestion des finances publiques.

Les administrateurs soulignent la faiblesse de la position extérieure et la nécessité de prendre des mesures pour remédier aux déséquilibres extérieurs et reconstituer les réserves. Dans ce contexte, ils considèrent utile d'utiliser l'allocation de DTS principalement pour renforcer les réserves. Les administrateurs ont souligné l'importance de moderniser le cadre de la politique monétaire et se sont félicités de l'engagement des autorités à concevoir une stratégie de réforme pour unifier les taux de change officiels et du marché parallèle, soutenue par les initiatives de renforcement des capacités du FMI.

Notant les pressions inflationnistes actuelles et la croissance rapide du crédit, les administrateurs ont souligné la nécessité d'un recalibrage opportun de l'orientation de la politique monétaire et d’initier une réduction du financement monétaire et un renforcement de l’indépendance de la banque centrale. Ils ont recommandé de rester vigilants face aux risques du secteur financier et d'ajuster la politique si nécessaire.

Les Administrateurs ont appelé à des réformes pour remédier à la fragilité, améliorer la compétitivité et renforcer la gouvernance. Ils ont souligné la nécessité de mesures pour améliorer le capital humain, accroître la productivité et réduire la vulnérabilité aux chocs liés au climat. Les administrateurs encouragent les mesures visant à garantir la transparence des dépenses liées à la COVID-19. Ils ont souligné l'importance de collecter et de publier des informations sur les bénéficiaires effectifs ultimes des entreprises qui ont obtenu des contrats liés à la COVID-19. Les administrateurs ont appelé à aligner le cadre de LBA/FT aux normes internationales et à la mise en œuvre rapide des critères pour devenir membre à part entière du Groupe de Lutte contre le Blanchiment d'Argent en Afrique Orientale et Australe.

Il est prévu que la prochaine consultation au titre de l'article IV avec le Burundi se tiendra selon le cycle standard de 12 mois.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher