topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Reprise des pourparlers interburundais de paix Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

PANA, 02/09/2008

Bujumbura, Burundi - Le chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza et le leader du PALIPEHUTU-FNL, Agathon Rwasa, se sont retrouvés, mardi, à huis-clos, pour un 5ème round des pourparlers centrés sur les modalités de mise en application effective de l’accord global de cessez-le-feu qui les lie théoriquement depuis bientôt deux ans, a-t-on appris de source proche des négociations à Bujumbura.

La dernière rencontre au sommet des protagonistes de la crise sociopolitique qui dure depuis plus de 14 ans au Burundi remonte à la semaine dernière à Ngozi, une ville du nord du pays.

Les deux hommes s’étaient également déjà rencontrés à trois reprises depuis le retour en mai dernier à Bujumbura du leader du PALIPEHUTU-FNL, après plus de 20 ans de maquis.

A Ngozi, le président Nkurunziza et le chef rebelle avaient convenu de se rencontrer au moins deux fois par semaine jusqu’à la conclusion d’un accord définitif de cessez-le-feu.

L’engagement avait été pris devant le médiateur dans le conflit, M. Charles Nkakula, le ministre sud-africain de la Sécurité et de l’Ordre.

Des membres du directoire politique, qui assiste la médiation sud-africaine étaient également présents à la rencontre.

Le directoire politique comprend des représentants de l’Union africaine (UA), des Nations unies, de l’Union européenne (UE), ceux de l’Ouganda et la Tanzanie, deux pays voisins qui assurent respectivement la présidence et la vice-présidence de l’Initiative régionale de paix pour le Burundi.

La rencontre de ce mardi, à Bujumbura, devrait servir à élaborer un calendrier d’exécution des compromis déjà atteints par les parties au conflit, comme elles en étaient convenu à Ngozi, la semaine dernière.

Ces compromis ont, entre autre, trait à la place du PALIPEHUTU- FNL dans les différentes institutions étatiques nationales, une fois que les armes se seront complètement tues.

Un calendrier précis est également attendu de la nouvelle rencontre sur le déroulement des opérations de rassemblement, de désarmement, de démobilisation et de réintégration des combattants rebelles dans une nouvelle vie socioprofessionnelle.

Un compromis immédiat reste, par contre, improbable, de l’avis des observateurs, sur la lancinante question d’une nouvelle appellation sans connotation ethnique que doit porter le PALIPEHUTU-FNL pour mériter l’agrément en tant que parti politique légal.

Cette démarche nécessite une retouche de la constitution actuelle du pays qui n’accepte pas la reconnaissance de parti se réclamant d’une ethnie, région ou religion donnée.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher