topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire] 
Conseil des droits de l’homme : le Burundi esquive la critique Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

Info Sud, 1er octobre 10

Carole Vann

Bujumbura a réussi à faire reporter l’examen devant le Conseil des droits de l’homme. Malgré la réélection du président Nkurunziza en juin 2010, opposants, activistes et journalistes sont harcelés, emprisonnés et menacés de mort.

A peine sorti de la guerre, le Burundi replonge dans la violence. Rien que la semaine dernière, 14 corps ont été retrouvés à une dizaine de kilomètres de la capitale Bujumbura. Harcèlements, arrestations arbitraires, menaces de mort et exécutions sommaires se multiplient trois mois après l’élection du président Pierre Nkurunziza avec 92% des votes. Premiers visés, les défenseurs des libertés, les journalistes et les opposants politiques, dont plusieurs ont pris la voie de l’exil. Les organisations internationales et l’ONU tirent la sonnette d’alarme, en vain. En juin, la représentante de Human Rights Watch (HRW), Neela Ghoshal, en poste depuis trois ans dans ce pays des Grands lacs, était expulsée.

Critique « verrouillée »

Mardi dernier, l’expert indépendant Fatsah Ouguergouz aurait dû faire son rapport sur le Burundi devant le Conseil des droits de l’homme (CDH), à Genève. Mais cet exercice a été repoussé à la session de mars. Raison officielle : la délégation burundaise n’aurait pas encore eu connaissance du rapport, donc ne pouvait préparer son droit de réponse. Mais pour Neela Ghoshal, qui a fait le déplacement depuis Nairobi pour l’occasion, le vrai motif est ailleurs. « Le gouvernement verrouille toute possibilité de critique à son encontre. Il n’est même pas certain que le rapport soit présenté en mars », soutient-elle. Lors d’une conférence de presse donnée le 25juin, le précédent expert de l’ONU chargé d’étudier la situation des droits de l’homme au Burundi s’alarmait déjà des violences et des abus commis dans le pays.

Dans une lettre (dont nous avons obtenu copie) adressée le 21septembre au président du Conseil, l’ambassadeur thaïlandais Sihasak Phuangketeow, Bujumbura invoque aussi la résolution 9/19 qui stipule que l’expert indépendant ne s’exprimerait qu’après la mise en place dans le pays d’une Commission indépendante des droits de l’homme. Le Burundi s’était effectivement engagé en 2008 à ce que cette commission voie le jour début 2009, mais rien n’a été fait jusque-là.

« Le Burundi ne veut surtout pas de mauvaise note alors que son président vient d’être réélu. Cela embarrasserait les bailleurs occidentaux, et le pays a trop besoin d’argent », analyse Alexis Sinduhije. Cet ancien correspondant de la BBC et de l’agence Reuters a fondé la Radio publique africaine à Bujumbura qui a enquêté sur de nombreuses affaires sensibles. Il a aussi travaillé pour Radio Agatashya, créée sous l’égide de la Fondation Hirondelle, comme alternative aux médias de la haine. Depuis 2008, Alexis Sinduhije a quitté sa casquette de journaliste pour fonder un mouvement politique d’opposition. Menacé de mort, il a quitté le pays il y a deux mois.

Frustration latente

Pour lui, le durcissement des autorités entretient une frustration latente poussant une partie des opposants, dont beaucoup de jeunes, à reprendre les armes. Particulièrement inquiétant, l’existence de Radio Rema-FM dont les incitations à la haine évoquent la tristement célèbre Radio des Milles Collines qui diffusait une propagande haineuse contre les Tutsis et les Hutus modérés durant le génocide rwandais de 1994. « Cette radio, qui est encouragée par le président, diffuse des propos diffamatoires graves incitant à la haine ethnique », avertit-il, rappelant que le pays a déjà payé son tribut à une guerre civile qui avait fait 300000 morts entre 1993 et 2006.

Une crainte partagée par Neela Ghoshal, qui relève cependant que le danger aujourd’hui n’est plus d’ordre ethnique mais politique. « Les compositions sont maintenant mixtes (Hutus et Tutsis) au sein du gouvernement et des forces de sécurité, rappelle-t-elle. Les conflits actuels ont lieu essentiellement entre Hutus. » Pour elle comme pour l’ancien journaliste, la solution passe par une ouverture d’un espace démocratique dans le pays. « Si ces jeunes ont la possibilité de participer au processus politique et de s’exprimer sans craindre la répression, ils ne choisiront pas les armes », soutient Alexis Sinduhije.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher