topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Breaking News – LE PRÉSIDENT BURUNDAIS EST-IL ATTEINT PAR LE CORONAVIRUS ? Le président sortant du Burundi, Pierre Nkurunziza, serait isolé et entouré d’une équipe de médecins, selon les informations qui circulent à Bujumbura. Son épouse a été évacuée jeudi de nuit par avion vers Nairobi; elle aurait été testée positive au Covid-19. [LLB, 29/05/2020] ● LA COMMISSION ÉLECTORALE INVALIDE LES RÉSULTATS OFFICIELS QU’ELLE A PROCLAMÉS PUBLIQUEMENT LUNDI DERNIER : Le président de la CENI vient de retirer du Site Web de la Commission électorale, les résultats officiels qu’il avait lui-même proclamés publiquement lundi dernier, le 25 mai, expliquant qu’ils “ne pouvaient être publiés parce qu’ils n’avaient pas été contrôlés, n’avaient pas été visés par les membres du bureau de la CENI” qu’il préside. [LLB, 29/05/2020] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]

Retrouvez sur ARIB.INFO l’intégralité des résultats officiels proclamés et publiés lundi 25 mai par la Commission électorale burundaise, puis retirés quatre jours plus tard de son site Internet, car ces chiffres « n’avaient pas été contrôlés, n’avaient pas été visés par les membres du bureau de la CENI », selon son président qui les avait pourtant proclamés solennellement.

PRESENTATION DES RESULTATS PROVISOIRES DE L’ELECTION PRESIDENTIELLE

PRESENTATION DES RESULTATS PROVISOIRES DE L’ELECTION DES DEPUTES


Le partage du pouvoir et la crédibilité de la démocratie en Afrique Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Afrique

PANA, 14/09/2008

Nairobi, Kenya - L'accord de partage du pouvoir au Zimbabwe met une fois de plus en jeu la crédibilité du processus démocratique en Afrique, près de neuf mois après la signature d'un accord politique similaire au Kenya pour mettre un terme à une crise post- électorale.

Le chef de file de l’opposition zimbabwéenne, Morgan Tsvangirai, qui a visité le Kenya le 21 août pour apprendre par lui-même comment fonctionne "le nouveau système de cohabitation politique", selon ses propres termes, s’apprête à devenir le Premier ministre de son rival, Robert Mugabe ce, au terme de longs pourparlers.

M. Tsvangirai, qui s’est entretenu avec Railo Odinga, le Premier ministre kenyan, sur les modalités de fonctionnement du partage du pouvoir exécutif, affirme que la différence fondamentale avec ses adversaires de la ZANU-PF est comment partager le pouvoir, "afin que personne ne soit confiné dans un rôle honorifique".

La formule du partage du pouvoir a acquis une nouvelle signification, se présentant comme un antidote à "une démocratie en régression" en Afrique.

Pour Alioune Tine, Secrétaire général de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme (RADDHO), l’accord de partage du pouvoir est un très mauvais exemple pour la démocratie en Afrique.

"Pourquoi investir de l’argent dans une nouvelle élection si on sait que si l’opposition gagne, on peut créer un climat de violence et une situation d’ingouvernabilité ?", s’est-il demandé.

Il estime que ce qui se passe au Zimbabwe, comme au Kenya, est un mauvais précédent. "Si on continue sur cette voie, il ne sera plus possible de continuer à organiser des élections en Afrique", a-t-il dit, ajoutant que "le partage du pouvoir n’est pas un système démocratique".

Le président de la Commission de l’Union africaine, Jean Ping, pour sa part, s’est montré ferme quant au fait que de mauvaises pratiques électorales et des résultats électoraux repoussés ne doivent pas être un prétexte pour gonfler la liste des conflits en Afrique.

"Les élections ne doivent pas troubler la paix en Afrique. Nous avons fait des progrès significatifs en matière de démocratie, mais nous devons garder à l’esprit qu’organiser des élections ne suffit pas. Les élections ne doivent pas provoquer des conflits violents", a jugé M. Ping.

S’exprimant sur les négociations en vue d’un partage du pouvoir, ce dernier, qui a pris les rênes de l’organisation panafricaine, il y a près de cinq mois, a dit que l’Afrique n’a pas substitué la démocratie au regard du nouveau système de partage du pouvoir en vigueur dans ses Etats membres.

"Est-ce que l’accord de partage du pouvoir au Kenya est un mauvais exemple ? Cet avis est minoritaire, me direz-vous, compte tenu du fait qu’il a été soutenu par tout le monde, notamment les Nations unies, le Royaume-Uni, l’Union européenne et les Etats-Unis", a dit M. Ping.

"Si c’est vrai, cela voudra dire que nous avons fauté et si nous avons fauté, la faute nous incombe à tous. A chaque fois qu’on doit éteindre un feu, nous ne nous demandons pas si c’est imprudent", déclare-t-il, ajoutant que "personne n’a dit que l’agenda au Kenya et au Zimbabwe est définitif", a tenu à souligner le patron de la Commission de l’UA.

M. Ping a estimé que la formule du partage du pouvoir est un moyen modeste visant à tuer dans l’oeuf un conflit potentiel, tout en fixant un agenda pour la mise en place de réformes institutionnelles.

"Nous n’avons jamais dit que c’est un modèle parfait. A l’instar du Kenya, nous présentons un modèle pour une Constitution démocratique ; c’es un modèle provisoire. Dans la charte de l’UA, nous plaidons pour une démocratie participative et nous essayons toujours de trouver un modèle parfait, mais personne, même en Europe, n’a atteint une démocratie parfaite", a-t-il souligné.

La Prix Nobel de la paix, Wangari Maathai, qui est aussi présidente du Conseil économique, social, et culturel (ECOSOC), une organisation de la Société civile affiliée à l’UA, a dit que la plupart des dictateurs africains applique le principe de diviser pour régner afin de rester au pouvoir.

"Les Africains doivent apprendre à gérer leurs affaires avec justice, équité et patience. Puisque nous sommes une démocratie, cela ne veut pas dire que je gagne à chaque fois qu’une élection est organisée pour les gens déjà au pouvoir", a déclaré Mme Maathai à la PANA.

Selon elle, beaucoup de dirigeants africains profitent de l’ignorance de leur électorat et de l’inexpérience de leurs citoyens et attisent le sentiment ethnique afin de conserver le pouvoir.

"Le Zimbabwe est divisé d’une manière telle qu’aucun leader ne peut y maintenir la paix et la stabilité, c’est pourquoi, il est important pour les dirigeants de s’efforcer d’établir le dialogue et former un gouvernement qui prend en compte l’autre partie", a-t-elle analysé.

Imputant la crise actuelle du processus électoral en Afrique à l’appartenance ethnique, qui semble être le moyen de pression dont usent les responsables, elle note que les gens se voient obligés de voter dans un sens donné par crainte d’être persécutés.

"Nous avons accompli des progrès considérables à l’UA, en prônant la bonne gouvernance, en rejetant la mauvaise utilisation du pouvoir et en générant le respect de soi à l’Afrique, par opposition à l’époque révolue où les gens s’emparaient du pouvoir et venaient à l’UA pour le célébrer", a observé Mme Maathai.

Les analystes politiques craignent toujours que le Zimbabwe ne jouisse de la stabilité politique qui doit accompagner l’accord de partage du pouvoir.

Le vice-président du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), Thokozani Khupe, demande aux dirigeants africains de s’assurer qu’il s’agit du dernier accord de partage du pouvoir conclu dans un Etat en proie à des troubles.

"Ils doivent veiller à ce que ça soit la dernière fois que cela se passe en Afrique, autrement les élections seraient interminables et dénuées de sens. On ne peut pas avoir de demi-mesure concernant les élections en Afrique. M. Mugabe doit être le dernier dictateur en Afrique", a déclaré M. Khupe à la PANA.

Le MDC, qui va disposer d’un pouvoir substantiel dans le nouveau gouvernement, a fait avoir que cet accord doit être une exception et pas la norme.

"Ce genre de système - le trucage des élections et le partage du pouvoir - est devenu inacceptable en Afrique", a indiqué George Sibotshiwe, porte-parole du président du MDC.

"Normalement, le MDC a le mandat de gouverner d’après les résultats des élections du 29 mars. Nous voulons démocratiser notre pays et restaurer les libertés fondamentales ; comment alors sommes-nous supposés le faire quant on a un processus où le perdant est récompensé ?", se demande M. Sibotshiwe.

Le secrétaire d’Etat américain chargé des Affaires africaines, Jendayi Fraser, a estimé, pour sa part, que même si la formule de partage du pouvoir en Afrique est non démocratique, elle offre une mesure à court terme pour résoudre les problèmes politiques.

"Il n’y a pas de démocratie du tout si la voix du peuple ne peut être entendue, le partage du pouvoir n’est qu’une solution temporaire, il faut un processus qui assoie la base de la gouvernance", a dit M. Fraser, qui ajoute qu’"une solution négociée est très faisable en ce moment car M. Mugabe n’est pas en mesure de gouverner sur la base des élections honteuses du 27 juin".

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher