topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : le ministre Buzingo explique le redéploiement des enseignants Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Education

@rib News, 04/02/2011 – Source Xinhua

Sévérin BuzingoLe ministre ayant dans ses charges l'enseignement de base et secondaire a animé ce mercredi une conférence de presse pour éclairer l'opinion sur l'opération de redéploiement des enseignants dans ce secteur, une opération qui a été mal acquise par les concernés.

"C'est un projet qui présente beaucoup d'avantages, que ce soit au niveau de l'écolier, que ce soit au niveau des enseignants eux – mêmes ou que ce soit au niveau du gouvernement", lance le ministre Sévérin Buzingo.

Le ministre Sévérin Buzingo explique alors, les chiffres à l’appui, le manque à gagner observé qui a conduit à cette opération de réaffecter les enseignants dans les écoles à effectifs faibles.

"Au lieu de faire 6 ans, l'on a découvert qu'un écolier fait aujourd'hui 4 ans ,3 mois et 3 semaines. Un enseignant, qui devrait prester 1050 heures par an, ne preste que 561 heures par an. Cela veut dire que les connaissances de l'écolier ne respectent pas le volume horaire. Le gouvernement quant à lui va gagner puisque le manque à gagner dû aux salaires payés à ces enseignants était de 7 milliards de FBU en 2008 (plus de 5 000 000 de dollars), ce qui équivaut aujourd'hui par projection à 10 milliards de FBU (plus de 8 000 000 de dollars)".

Pour ce qui est des critères sur lesquels ils se basent dans ce travail de redéploiement, le ministre a tenu à préciser qu'on a essayé d'être le plus objectif que possible même en l'absence des représentants des enseignants qui n'ont pas voulu siéger dans la commission de redéploiement avec deux nouveaux syndicats accusés d' être manipulés par le gouvernement.

Ces critères sont notamment l'ancienneté où les plus jeunes au service seront les premiers à être redéployés, l'état civil qui donne avantage aux veufs, le titulaire d'une classe et son suppléant où c'est ce dernier qui part le premier, le dossier disciplinaire, le genre, l'état de santé qui protège ceux qui ont une maladie chronique grave ainsi que la proximité de la nouvelle école d'affectation par rapport à l'origine de la personne à redéployer.

Un appel a été lancé à ces enseignants pour qu'ils respectent ces critères et les injonctions qui leur seront données, faute de quoi des sanctions s'appliqueront.

"Il faudra qu'ils suivent les injonctions qui leur seront données en ce qui concerne l'application de ce redéploiement. Sinon, la loi sera appliquée à quiconque qui n'observera pas cette volonté du gouvernement", a tenu à préciser le ministre Sévérin Buzingo.

Les syndicats du primaire et du secondaire ont souvent crié à leur déstabilisation et le service s'est ralenti ces derniers jours dans la plupart des écoles de l'enseignement primaire par lesquelles ce redéploiement va commencer.

Au total, sur les 36 mille enseignants, ce sont environ 3 600 qui seront redéployés.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher