topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Ambassadeur Laurent Kavakure : « Rwagasore était un grand rassembleur » Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Diaspora

@rib News, 12/10/2008

Commémoration du  47ème anniversaire de l’assassinat de RWAGASORE

Bruxelles, 11 octobre 2008

Discours de S.E. l’Ambassadeur Laurent Kavakure

Excellences Messieurs les ministres,

Excellences,

Mesdames, Messieurs les membres de la famille royale,

Mesdames, Messieurs,

C’est pour moi toujours un honneur de prendre la parole à l’occasion d’une circonstance de souvenir d’une illustre personnalité comme le Prince Louis Rwagasore. Je vous remercie tous d’avoir répondu à notre invitation conjointe. J’adresse mes sincères remerciements  aux membres de la famille royale et à leurs amis qui, chaque année prennent l’initiative d’organiser cette journée.

Mesdames, Messieurs,

Aujourd’hui nous commémorons le 47ème anniversaire de l’assassinat du Prince Louis Rwagasore. Rwagasore a été assassiné le 13 octobre 1961. Le 13 octobre, qui est un jour férié chez nous tombe le lundi. Nous  avons opté d’organiser cette commémoration  ce samedi 11 octobre pour une raison qui nous paraît fondamentale. Rwagasore était un grand rassembleur, et un grand meneur hommes. A son passage, il drainait des foules, des foules de femmes, d’hommes, de jeunes, de moins jeunes toutes ethnies confondues. 47 ans après sa mort, Rwagasore continue de nous rassembler. C’est pourquoi, la famille a proposé que cette commémoration se fasse aujourd’hui  pour nous donner les chances de pouvoir nous rassembler nombreux.

Mesdames, Messieurs,

Dans notre pays, Rwagasore compte parmi les personnages les plus populaires. Non seulement il est enseigné à l’école, mais le  billet de 100 Fr Bu qui frappé à son effigie est à la portée pratiquement de toutes les bourses. Et on l’appelle Rwagasore. On ne peut visiter le Burundi sans s’interroger sur ce personnage. Son  portrait est placé au Chanic à l’entrée de Bujumbura la capitale à partir de l’aéroport. Au cœur de la ville, la place de l’indépendance aussi porte son portrait. Le mausolée du Prince Louis Rwagasore surplombe la ville de Bujumbura et constitue l’une des plus grandes curiosités de nos visiteurs. Rwagasore n’est donc pas mort. Par son combat, il a su s’immortaliser et la nation entière lui rend hommage.

Mesdames, Messieurs,

47 après sa disparition tragique, Rwagasore continue de susciter notre admiration. Quand il rentre de ses études en Belgique en 1957, son père l’a nommé à la tête de la chefferie de Butanyerera en province de Kayanza pour remplacer son oncle Nduwumwe qui venait de décéder. Visionnaire, il a décliné cette offre qui le confinait à la tête d’une chefferie pour se consacrer à la lutte nationaliste.

En 1958, il fonde l’UPRONA, le parti de l’Union pour le progrès national qui militait pour l’indépendance nationale. Jean Paul Harroy,  ancien Gouverneur du Rwanda-Urundi, témoignait que pour « pour les uns il est toujours un Dieu et pour les autres le Diable ». Il était assimilé à Dieu pour la majorité des burundais, et au diable pour  le pouvoir colonial et ses partisans. Comme son seul discours ne suffisait pas, Rwagasore exploita après le congrès de mars 1960 la stratégie de la non violence active inspirée de Gandhi en Inde. Il prôna la désobéissance civile, le refus de payer les taxes, le boycottage des magasins tenus par les expatriés. Voilà entre autre pourquoi pour Harroy et le pouvoir colonial il était le diable.

De plus, par souci d’échanges d’expériences, Rwagasore entretenait des liens étroits avec les partis nationalistes des pays voisins, en particulier avec le congolais Patrice Lumumba et le Tanzanien Julius Nyerere. Or pour le pouvoir colonial belge, Patrice Lumumba symbolisait Satan. Visionnaire, il préfigurait ainsi l’intégration régionale.

Mesdames, Messieurs,

Pour le pouvoir colonial et ses partisans, il fallait donc se débarrasser de ce diable qui « dégageait une impression de puissance tranquille, d'obstination », pour encore une fois citer Jean Paul Harroy. Dans cette logique, du 27 octobre au 9 décembre 1960, RWAGASORE fut placé en résidence surveillée à Bururi pour éviter que son parti  ne remporte la victoire aux élections communales de novembre. Mais ce n’était que parti remise. Une année plus tard, soit le 18 septembre 1961, l’Uprona remportait haut la main les élections législatives. La fête ne dura pas longtemps, car le 13 octobre, le Prince Louis Rwagasore était assassiné, à l’âge de 29 ans.

Mesdames, Messieurs,

Si le Prince Louis Rwagasore avait survécu, il aurait aujourd’hui 76 ans. Nous serions donc avec un véritable monument national, une  bibliothèque vivante susceptible de nous ressourcer. Malheureusement, le destin en a décidé autrement. Cependant, nous sommes invités à tirer de cette vie courte mais dense, comme je le disais l’année passée, avant tout  une leçon de patriotisme. Rwagasore a fait le choix du sacrifice et du risque, il a lutté avec foi et énergie pour que notre pays recouvre sa dignité nationale. Il a fait le choix du peuple. A ce titre, il mérite éternellement notre hommage et notre respect.

Mesdames, Messieurs,

Cette commémoration doit nous interpeller encore une fois, chacun par rapport à ses choix et à ses engagements. Il y a 46 ans, notre pays a été libéré du joug colonial. Mais nous dressons un bilan d’une pauvreté accrue, à cause de diverses trahisons de la mémoire de Rwagasore. Nous devons nous sentir plus que jamais interpellés pour honorer la mémoire de Rwagasore. Honorer la mémoire de Rwagasore, c’est avant tout aimer notre patrie, aimer notre peuple. Aimer notre pays, c’est poser des actes pour le développer. Rwagasore attend que chaque année nous puissions lui rendre compte de nos actes concrets en vue de la consolidation de son héritage. « Vous nous jugerez à nos actes et votre satisfaction sera notre fierté », disait-il.

Avant de terminer, je vous invite tous le mardi 21 octobre à la commémoration du 15ème  anniversaire de l’assassinat du Président Melchior Ndadaye, notre deuxième héros national. Ensemble, nous pourrons nous recueillir en souvenir de tous nos compatriotes qui ont péri suite à l’intolérance humaine.

Enfin pour terminer, je réitère mes remerciements aux membres de la famille royale et à toutes les personnes qui de près ont contribué à la réussite de cette fête. Je m’en voudrais de ne pas citer nos prêtres qui ont concélébré, ainsi que la chorale qui a agrémenté la Célébration Eucharistique.

Je vous remercie. Que Dieu vous bénisse.

Ambassadeur Laurent Kavakure

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher