topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

A quand le retour de la Banque de la ZEP à Bujumbura ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

@rib News, 19/06/2011

 Par Daniel Kabuto

Au siège de la banque de la ZEP à Bujumbura en face la Librairie saint Paul, c’est la désolation. Les bâtiments sont inoccupés, mis à part quelque fonctionnaire chargé d’assurer la liaison avec le véritable siège de Nairobi. L’ambassade du Kenya au Burundi y occupe un niveau tandis que le reste des bureaux attend désespérément quelque locataire.

C’est une honte pour le Burundi. C’est un gâchis pour le gouvernement quand on sait que ce genre d’institutions internationales font le bonheur d’autres pays. On voit mal l’Ethiopie renoncer au siège de l’Union Africaine. Même la Côte d’Ivoire qui vient à peine de sortir de son imbroglio politique réclame déjà le retour de la Banque africaine de développement à Abidjan.

Un sommet tripartite COMESA-EAC-SADC vient de se tenir à Johannesburg en Afrique du Sud. De l’avis des observateurs, il a permis de poser les jalons de la création de l’union économique africaine. A partir de ces 26 pays qui veulent former une zone économique de libre échange, c’est un grand marché de plus de six cent millions de consommateurs qui va voir le jour dans trois ans si les échéances sont respectées. De grands chantiers de coopération dans les domaines du transport, de la communication, du commerce, de l’industrie, de l’énergie et du tourisme ont été identifiés déjà lors du sommet tripartite COMESA-EAC-SADC tenu à Kampala en 2008.

Le président Pierre Nkurunziza a pris part aux travaux en sa double qualité de chef de l’Etat burundais et de président en exercice de l’EAC. Il s’est déclaré optimiste. Car le COMESA s'acquitte bien des compensations dues au Burundi pour son adhésion à l'union douanière. Et les avantages de ces intégrations sont énormes. Mais les Burundais souhaitent surtout que la question du retour de la banque de la ZEP soit inscrite à l’ordre du jour de ce genre de sommet.

Du temps de Bagaza, il avait obtenu que le Burundi abrite le siège de cette banque créée au nom de la COMESA. Avec la guerre qui a éclaté après l’assassinat du président Melchior Ndadaye, l’essentiel du personnel et des activités de la banque de la ZEP a été déplacé vers Nairobi. Quand on sait ce que le Burundi gagnait en termes d’emplois, de loyers et d’autres retombées de cette présence de la banque de la ZEP, on se demande pourquoi les autorités n’en font pas une priorité nationale. 

De nos investigations auprès des autorités burundaises, nous avons appris que le gouvernement a déjà adressé une correspondance au gouverneur de la Banque de la ZEP en lui demandant de ramener au Burundi tout le personnel de la Banque. Jusqu’à date, il n’y a pas eu de suite. Au contraire, le gouverneur de la banque de la ZEP a décidé d’envoyer une grande partie du personnel à l’étroit à Nairobi vers la succursale de la banque qui a été ouverte à Harare.

Des mêmes sources officielles, nous apprenons que le Burundi a eu à évoquer ce problème dans un discours à la tribune du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du COMESA. Ces derniers avaient alors intimé le gouverneur l’ordre de rapatrier le personnel à Bujumbura. Mais rien n’a été fait. On parle d’un lobbying très efficace du Kenya qui voit d’un mauvais œil l’abandon de cette manne financière. Le retour de la banque de la ZEP serait sans nul doute un signe éloquent de la confiance de la région dans la paix et la stabilité du Burundi.

Par Daniel KABUTO (Pays-Bas).

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher