topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Crise d'identité entre le PALIPEHUTU-FNL et le pouvoir de Bujumbura Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

PANA, 14/10/2008

Bujumbura, Burundi - Le Parti pour la libération du peuple hutu/Front national de libération (PALIPEHUTU-FNL) est monté au créneau, mardi, pour annoncer clairement qu'il ne renoncera pas à son appellation actuelle à consonnance ethnique avant au moins les prochaines échéances électorales de 2010 au Burundi.

La communauté majoritaire des hutus pèse plus de 85% de l'électorat national et le Secrétaire général du dernier mouvement rebelle encore actif dans le pays, Jonas Nshimirimana, a pressenti un risque de perte des voix si le PALIPEHUTU-FNL venait à renoncer brusquement à son identité historique.

D'un autre côté, le Secrétaire général du PALIPEHUTU-FNL a trouvé que le changement brutal d'appellation pourrait "frustrer les nombreux opprimés qui se reconnaissent dans notre lutte pour plus d'équité sociale".

"Allons aux élections et le peuple sera le seul et dernier juge", a-t-il martelé lors d'une conférence de presse.

Le mouvement rebelle est tenu, par un accord de cessez-le-feu avec le pouvoir central à Bujumbura, de changer d'appellation pour mériter sa reconnaissance en tant que parti politique pouvant œuvrer dans la légalité constitutionnelle.

La Constitution du moment n'autorise pas la reconnaissance de parti politique se réclamant d'une ethnie, région ou religion données.

Le mouvement rebelle a multiplié ces derniers jours des sorties médiatiques annonciatrices d'un raidissement de ses positions et d'un possible retour à la confrontation.

Le porte-parole du PALIPEHUTU-FNL, Pasteur Habimana, a organisé, le week-end dernier, une visite guidée de la presse à un site de rassemblement des rebelles en attente de démobilisation dans le Nord-Ouest du Burundi.

Le responsable rebelle s'est scandalisé des "conditions inhumaines" dans lesquelles vivent plus de 2.000 candidats à la démobilisation qui n'ont pour tout abris que des huttes en pailles et manquent cruellement des conditions élémentaires d'hygiène par ces temps de fortes pluies.

Des rencontres directes entre le président de la République, Pierre Nkurunziza et le leader du PALIPEHUTU-FNL, commencent également à se faire rares alors que les deux chefs de guerre s'étaient engagés à se voir régulièrement, jusqu'à la conclusion d'un accord global et définitif de cessez-le-feu, a encore estimé M. Habimana.

L'année dernière, des négociateurs du PALIPEHUTU-FNL s'étaient retirés discrètement de la table des négociations avec l'Etat burundais et retournés au maquis pour protester contre l'insécurité qui les entourait.

La rupture des pourparlers a duré des mois, ouvrant la voie à la relance des hostilités à grande échelle, comme au mois d'avril 2008 où l'on a assisté à de violents combats entre le PALIPEHUTU-FNL et l'armée régulière à Bujumbura, la capitale du Burundi et ses environs immédiats, avant de se résoudre à un nouveau cessez-le-feu sur un lourd bilan de plus d'une centaine de tués et des milliers de déplacés de guerre.

La médiation sud africaine brille par son absence depuis les récents bouleversements politiques, à Pretoria, ce qui angoisse d'avantage l'opinion nationale qui a hâte d'entrevoir une paix globale et durable après plus de 14 ans de guerre civile dans le pays.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher